POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Nouvel accord fiscal

Télétravail prolongé pour les frontaliers allemands



Le télétravail des frontaliers allemands peut bien se poursuivre jusqu’à la fin du mois de mars. (Photo: EU/Lukasz Kobus)

Le télétravail des frontaliers allemands peut bien se poursuivre jusqu’à la fin du mois de mars. (Photo: EU/Lukasz Kobus)

Les frontaliers allemands pourront travailler depuis leur domicile sans impact fiscal jusqu’au 31 mars 2022. L’accord exceptionnel lié à la crise sanitaire a été prolongé. Ceux avec la France et la Belgique iront, pour le moment, jusqu’au 31 décembre 2021.

La fin d’année approche et les accords permettant le télétravail sans limites des frontaliers arrivent à expiration. Et ce, alors que les cas de Covid repartent à la hausse . L’Allemagne a donc été le premier pays à prolonger son accord fiscal avec le Luxembourg au-delà de 2021.

Pour rappel, les frontaliers retombent sous le coup de la sécurité sociale de leur pays de résidence s’ils effectuent chez eux plus de 25% du total de leur temps de travail. Et sont imposables dans leur pays de résidence à partir d’un certain nombre de jours effectués à domicile par an (29 pour les Français, qui pourraient passer à 34 , 19 pour les Allemands et 24 pour les Belges, mais 34 à partir de 2022 ). Des quotas gelés pendant la crise sanitaire par des accords régulièrement prolongés.

Celui concernant les frontaliers allemands va désormais jusqu’au 31 mars 2022. Une information révélée par le Wort ce mardi matin, que confirme le ministère des Finances à Paperjam. Reste à savoir quand suivra l’accord de sécurité sociale. Et si les autres pays prendront la même direction. Dans ses précédents communiqués de presse, le ministère des Finances luxembourgeois a toujours salué les accords avec ses voisins. Il n’y a donc pas de raison qu’il n’essaie pas de négocier de nouvelles prolongations avec la France et la Belgique. Même s’il n’a rien pu dire à ce sujet pour le moment.