ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Livres audio

Ta-Da!, de la Silicon Valley au Luxembourg



Michelle Glorieux, PDG et cofondatrice de Ta-Da! Language Productions, a de grandes idées sur la façon de rendre les langues plus accessibles. (Photo: Mike Zenari)

Michelle Glorieux, PDG et cofondatrice de Ta-Da! Language Productions, a de grandes idées sur la façon de rendre les langues plus accessibles. (Photo: Mike Zenari)

La productrice de livres audio Ta-Da!, originaire des États-Unis, souhaite poser ses valises au Grand-Duché. Avec l’objectif de proposer ses produits aux enseignants, au milieu de la culture, et peut-être en librairie.

La jeune entreprise Ta-Da! Language Productions travaille sur sa première série de livres audio luxembourgeois. Delano a rencontré la PDG de l’entreprise, Michelle Glorieux, pour en savoir plus.

Les quatre livres – qui portent sur les thèmes du zoo, du camping, de l’océan et de l’espace – ont été traduits par la professeure de luxembourgeois Jeannine Weis et produits par Jesse Lewis, quatre fois lauréat d’un Grammy Award et cofondateur de l’entreprise. Selon Michelle Glorieux, passer du concept initial au produit final a pris moins de deux semaines.

C’est un exploit pour toute entreprise, mais encore plus impressionnant: «Nous avons une équipe formidable, qui a travaillé sans salaire pendant trois ans», a déclaré Michelle Glorieux.

Une passion pour l’éducation bilingue

Il est clair que le travail de Ta-Da! vient du cœur. La société, selon ses propres mots, «tisse comme par magie la technologie du papier, l’art, les mots, la narration, le son et la musique pour les enfants de 0 à 12 ans et plus, afin d’amener des locuteurs natifs aux enfants pour qu’ils puissent apprendre les langues et la culture».

L’idée de produire des livres audio était pourtant presque un «accident», raconte Michelle Glorieux. Elle décrit une expérience «super intense», lorsqu’elle enseignait en Europe, voyant des jeunes se débattre dans un environnement bilingue ou multilingue. «Le plus gros problème était le manque de vocabulaire», dit-elle. «Les étudiants étaient stressés et ne l’appréciaient pas.»

Originaire de Nashville, avec une formation dans l’enseignement et le journalisme, Michelle Glorieux se définit comme une «technophile» qui s’est toujours intéressée aux langues et à la culture. Elle a grandi comme «un gamin de l’armée» et a vécu et travaillé sur trois continents, dont un séjour de sept ans au Luxembourg, qui s’est terminé il y a trois ans.

Depuis, elle est revenue au Grand-Duché pour y inscrire sa société, qui sera basée à la House of Startups. Elle avait beaucoup d’idées sur la façon d’améliorer l’enseignement des langues pour les enfants et a été surprise de découvrir que le type de livres audio qu’elle voulait créer n’existait pas vraiment aux États-Unis.

Ta-Da! a été créée dans la Silicon Valley, en Californie, où l’équipe a mis en place un solide réseau de développeurs, de techniciens et de chercheurs, notamment à l’université de Stanford. Au début, «nous étions en train de développer le projet et nous nous sommes rendu compte que nous ne savions pas encore trop comment faire, mais nous avons continué, et il s’est mis en place petit à petit», dit Michelle Glorieux.

Aujourd’hui, leurs produits comprennent une série de langues et d’aventures, destinée aux enfants de 0 à 5 ans et plus, et une série de dictionnaires parlants pour les 6 à 14 ans et plus. «Le dictionnaire, à lui seul, comprend 10.000 fichiers audio et ressemble à un livre normal», précise Michelle Glorieux. L’ancienne série, sur laquelle reposent les nouveaux livres luxembourgeois, comprend 12 mots prononcés par des locuteurs natifs, ainsi que 12 chansons originales, et a jusqu’à présent été produite en allemand, français, espagnol, mandarin et anglais.

Derrière les produits se cachent des membres d’équipe avec des enfants, des emplois à plein temps, des bénévoles, certains ont même parfois vécu un burn-out avec leur charge de travail. Mais le dénominateur commun qui les anime tous? Leur engagement envers les enfants, la culture et l’éducation.

Un écart de financement

Ta-Da! Language Productions prépare quelques grandes annonces pour les semaines à venir. La société a pour objectif de finaliser un accord, pour intégrer l’intelligence artificielle dans ses livres papier, et a déjà discuté de la création du premier dictionnaire audio interactif luxembourgeois.

Mais ce n’est pas tout. Elle a levé 250.000 euros et en vise 2 millions. Si elle arrive à obtenir sa subvention d’un million d’euros, il restera un écart de 750.000 euros, pour lequel elle tend la main à des réseaux de business angels.

En octobre, Ta-Da! a annoncé un accord pluriannuel avec Ingram Content Group, un éditeur qui commencera les ventes et la distribution mondiales de ses livres audio.

«Nous avons un énorme contrat de distribution qui fait rêver», dit-elle, «mais nous avons besoin de fonds marketing et de payer notre équipe».

Des discussions seraient également en cours au sujet d’une commande par le libraire local Ernster, qui pourrait devenir son premier distributeur dans le pays. Michelle Glorieux pense que la technologie de Ta-Da! pourrait même être utilisée dans des expositions interactives dans des musées locaux, par exemple. Tant que quelqu’un peut financer les coûts initiaux, dit-elle, elle est convaincue qu’elle peut faire beaucoup de choses, et elle a de grandes idées pour intégrer du son dans des affiches, des cartes mémoires et plus encore.

Comme elle l’a fait aux États-Unis et l’a déjà fait au Luxembourg, elle espère continuer à organiser des tables rondes, par exemple pour les enseignants, pour entendre leurs besoins et voir si de nouveaux produits peuvent être développés pour y répondre, aussi larges soient-ils.