PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Stratégie 

System Solutions ouvre son capital à Dynamica



Robert Roux veut assurer la pérennité de l’entreprise familiale qu’il a fondée en 1996. (Photo: System Solutions)

Robert Roux veut assurer la pérennité de l’entreprise familiale qu’il a fondée en 1996. (Photo: System Solutions)

Le fonds d’investissement belge Dynamica prend 70% du capital de la société luxembourgeoise spécialisée dans le cloud et les services IT, System Solutions.

L’entrée au capital de System Solutions à hauteur de 70% par le fonds d’investissement Dynamica est l’aboutissement d’un processus «mûrement réfléchi entamé en 2019» selon Robert Roux, le fondateur et CEO. Le but: initier la cession en douceur de l’entreprise familiale fondée en 1996 sans se désengager brutalement pour en assurer son développement futur.

«System Solutions, spécialisée dans le cloud et les services IT, est au Luxembourg une des rares sociétés encore familiale et indépendante. Ces dernières années, nous avons été sollicités par de grands groupes dont l’activité est similaire à la nôtre et qui voulaient soit faire croître leur part de marché sur le marché luxembourgeois, soit y poser un pied. Ma peur était que si nous rentrions dans ces grandes sociétés, nous perdions notre identité et que l’entreprise disparaisse en quelques années. Ce que je ne voulais pas. J’ai fondé la société en 1996, c’est mon bébé, je n’ai pas envie de la voir partir comme ça. Je veux qu’elle croisse et vive bien. C’est aussi une marque de respect pour toutes les personnes qui travaillent chez System Solutions. C’est une particularité, chez nous l’ancienneté au sein de l’entreprise est assez forte. On a des personnes qui sont à bord depuis plus de 20 ans et qui ont tout connu de l’entreprise. Par respect pour ces personnes-là, j’ai voulu que la société continue à aller le plus loin possible.»

De fait, Robert Roux reste à bord en temps que général manager et responsable des opérations de System Solutions. Et l’accord passé avec Dynamica prévoit qu’aucune revente ne soit possible endéans les 5 ans.

Si Robert Roux a choisi Dynamica, c’est d’abord parce que ce fonds, fondé en 2009 par Cedric de Quinnemar et Jan Ponnet sur un modèle d’investisseur privé, a une taille comparable à celle de son entreprise. Ensuite, c’est leur esprit d’entrepreneur qui l’a séduit. «Leur modèle, c’est d’acquérir une société dans un domaine d’activité précis et de la développer par croissance interne et externe. Ils sont actifs dans deux secteurs: le domaine médical et la palette. Dans ce dernier secteur, au fil des acquisitions, ils ont créé un groupe qui pèse 120 millions d’euros de chiffre d’affaires. Nous sommes la première société IT qui entre dans Dynamica. Ils veulent monter en puissance en prenant System Solutions comme tête de pont.»

23% de croissance du chiffre d’affaires

Le nouvel actionnaire majoritaire met la main sur une société en pleine santé, qui enregistre pour son exercice fiscal 2021 – qui couvre la période de mai 2020 à avril 2021 – une croissance de l’ordre de 23% pour un chiffre d’affaires de 34 millions d’euros. «Des résultats qui ont dépassé nos espérances vu le contexte et les inquiétudes sur les impacts de la pandémie en début d’exercice. 23% de croissance en début d’exercice, c’était inimaginable.»

Au final, la pandémie aura permis une baisse des coûts liés aux frais de déplacement de marketing et d’événementiel. Que Robert Roux n’espère pas pérenne. «J’espère que les coûts repartiront un peu à la hausse, ce qui voudra dire que l’on reprend une vie normale. Un gain financier, d’accord. Mais le plus important est de faire du business dans les conditions les meilleures et les plus conviviales possibles.» La pérennité, il la voit dans la hausse des revenus de sa société.

Pour lui, la pandémie a poussé les entreprises à accélérer leur transition digitale. «Ils n’avaient pas le choix. Il fallait mettre en place un concept de mise à disposition des outils aux travailleurs, peu importe où ils se situaient, avec la sécurité voulue. Pour les entreprises qui ont gardé une infrastructure sur site, ces investissements ne vont pas se répéter. Ce qui va continuer, c’est la migration vers le cloud, qu’il soit sur site, public, privé ou hybride. Le train est parti, toutes les sociétés vont y aller à un moment ou un autre, ce n’est pas possible autrement…» D’ailleurs, la croissance de l’activité cloud de System Solutions est de 29%.

La croissance, Robert Roux la voit dans les «managed services». «C’est la tendance de ces dernières années: de plus en plus, les sociétés nous contactent pour les accompagner dans la gestion de leur informatique et de leurs données. L’informatique se complexifie et demande de plus en plus d’expertise. Ce n’est pas parce que l’on met toutes ses données dans un cloud public que l’on n’a plus rien à faire. C’est une idée reçue très dangereuse.»

La structure de System Solutions restera inchangée avec la maison mère et ses infrastructures cloud au Luxembourg, à partir de laquelle s’organisera le développement international. La société est active en Lorraine et en Alsace depuis 2005 et au Brabant wallon depuis 2010.