ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Espace

Sur le gril, OHB obtient un nouveau contrat



La mission Hera sera la participation européenne à un projet d’envergure mondiale, qui vise à éviter la collision d’un astéroïde avec la Terre. (Photo: ESA)

La mission Hera sera la participation européenne à un projet d’envergure mondiale, qui vise à éviter la collision d’un astéroïde avec la Terre. (Photo: ESA)

Sur le gril au Luxembourg avec l’obtention du marché public du satellite du ministère de la Défense, OHB signera aujourd’hui un contrat à 130 des 300 millions d’euros pour concevoir la sonde Hera pour l’Agence spatiale européenne. Galileo, Copernicus, Hera, tout passe par Brême.

(Article modifié le vendredi 18 septembre avec la précision d’Hitec sur l’information de RTL)

L’opposition ne lâchera pas le sujet: la filiale italienne d’OHB a-t-elle bénéficié d’un traitement de faveur dans l’attribution du satellite de défense du Luxembourg, en 2018?

Selon nos confrères de RTL, cinq personnes d’Hitec auraient déjà été inculpées en août dans le cadre de la construction de l’antenne, pour abus de biens sociaux, un autre volet de cette saga. Faux, répondent les dirigeants d’Hitec dans une précision qu’ils nous font parvenir vendredi 18 sept. «S’il est vrai que Hitec Luxembourg subit encore aujourd’hui les conséquences d’un redressement fiscal sur ses frais de fonctionnement qui remonte à 2013, mais réglé depuis lors, il est totalement faux de prétendre ou de faire croire que des abus de biens sociaux auraient été commis en relation avec la construction des antennes voire le satellite du projet NAOS démarré en 2018. Sachez que tous nos managers adhèrent aux plus hauts standards en matière d'éthique des marchés publics au niveau national et international.»

À la clé, la rallonge budgétaire que le ministre de la Défense, François Bausch (Déi Gréng), a dû réclamer à la Chambre des députés, qui doit être votée ou pas d’ici novembre, et portant sur 180 millions d’euros, soit le double du prix de départ.

Aujourd’hui, à Darmstadt, annonce l’Agence spatiale européenne, sera signé le contrat le plus important du nouveau projet européen Hera. OHB-System devra, pour 130 millions d’euros, concevoir, fabriquer et tester une sonde de la taille d’un bureau. Ce projet, dans lequel sont impliquées des sociétés de 17 États membres, s’inscrit dans un projet avec la Nasa visant à protéger la Terre d’un potentiel impact d’un astéroïde .

Comme le rappelait un article cité sur science.lu cet été et reproduisant un article de l’Agence France-Presse , l’entreprise familiale allemande, aujourd’hui forte de 2.800 personnes, a commencé à se faire un nom en remportant le marché de la construction de la plupart des satellites utilisés pour le «GPS européen», Galileo.

Cet été, elle avait remporté un autre contrat, toujours pour l’Agence spatiale européenne, dans le cadre de la deuxième étape du projet Copernicus d’observation de la Terre.

Deux acteurs luxembourgeois pour Hera

La mission américaine, Dart, devrait, en juillet 2021, effectuer un impact cinétique sur le plus petit de deux astéroïdes «liés», catégorie peu connue qui représenterait un astéroïde sur six. Le premier a une taille de 780 mètres, comme une montagne, et le second est une petite lune de 130 mètres qui tourne autour.

Hera prendra le relais pour étudier l’impact et permettre d’en tirer une technique de déflexion d’astéroïde que l’on puisse utiliser ultérieurement.

Deux sociétés luxembourgeoises travailleront pour une partie de ce projet, GomSpace, qui a obtenu un contrat de 11 millions d’euros pour le tout petit satellite Juventas, qui contient le radar et le système de communication intersatellite qui permettra aux deux autres satellites d’Hera de communiquer avec la Terre via un réseau innovant qui utilisera Hera comme relais de données. Sa participation propre se monte à 6 millions d’euros de cette enveloppe. Et Emtronix sera chargée de l’installation de l’électronique pour le radar à basse fréquence du dispositif.