POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Croissance économique

Le Statec plus optimiste pour le rebond du PIB en 2021



L’économie luxembourgeoise devrait reprendre des couleurs vertes en 2021, après une chute du PIB de 6% attendue cette année. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

L’économie luxembourgeoise devrait reprendre des couleurs vertes en 2021, après une chute du PIB de 6% attendue cette année. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

Le Luxembourg devrait connaître une croissance économique de 7% l’an prochain, selon le Statec, bien plus que les 3,9% escomptés par l’OCDE et les 5,4% attendus par la Commission européenne.

Après une chute de 6% attendue cette année , l’économie luxembourgeoise devrait remonter la pente en 2021, tous les observateurs s’accordent sur ce point. En revanche, les avis divergent quant au niveau du rebond de la croissance du PIB: alors que le Statec table sur 7%, la Commission européenne s’attend à 5,4%, et l’OCDE 3,9%, renseigne la dernière édition du «Conjoncture Flash» , parue jeudi.

Le Statec précise toutefois que sa prévision a été finalisée avant celles des institutions basées respectivement à Bruxelles et à Paris, et que, pour la zone euro, l’institut de statistiques basé au Kirchberg anticipe une dégradation moins forte, tant en 2020 qu’en 2021.

Entre nuages et éclaircies

Le Statec note que le moral des entrepreneurs (indicateur PMI) continue en juin son ascension après le confinement, de même que les indices boursiers. Ainsi l’Euro Stoxx 50 a gagné 32% entre la mi-mars et la mi-juin. Ces éléments encourageants n’ont, semble-t-il, pas rassuré les ménages: les dépôts à vue ont progressé de 3,2% sur un mois en mars, puis de 2,3% en avril. Sur un an, la hausse est de 12%, du jamais vu depuis 10 ans, selon le Statec. Cette épargne forcée ne semble pas près de quitter les bas de laine des particuliers: les consommateurs européens ont réduit drastiquement leurs intentions d’achats des biens d’équipement. «L’épargne accumulée devrait majoritairement se muer en épargne de précaution», écrit le Statec.

Le Covid-19 gèle les migrations

Autre effet indirect du coronavirus: les migrations ont connu un coup d’arrêt au Luxembourg, puisque le solde migratoire a basculé en négatif avec -27 personnes au second trimestre, alors que la population s’était accrue de 2.753 individus trois mois plus tôt. D’après le Registre national des personnes physiques, la population s’est surtout réduite en avril et en mai, tandis qu’elle a remonté en juin (+130 individus).

Il n’empêche, les flux migratoires sont déterminants pour l’évolution de la population au Luxembourg. L’an dernier, le solde migratoire a dépassé les 10.000 personnes, avec 60.000 arrivées et près de 50.000 départs. Nul doute que les restrictions de déplacement induites dans la foulée de la pandémie influencent l’indicateur.