POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

NSPA

Stacy A. Cummings dirigera l’agence luxembourgeoise de l’Otan



Stacy A. Cummings prendra ses fonctions le 1er septembre.  (Photo: NSPA)

Stacy A. Cummings prendra ses fonctions le 1er septembre.  (Photo: NSPA)

Stacy A. Cummings, du département américain de la Défense, a été nommée directrice générale de l’Agence de soutien et d’acquisition de l’Otan, la NSPA, située à Capellen.

La NSPA (NATO Support and Procurement Agency) gère les acquisitions, la logistique, les capacités médicales et d’infrastructure, ainsi que le soutien et les services opérationnels et des systèmes pour l’Otan.

Madame Cummings dirigera l’organisation, qui emploie environ 1.500 personnes, à partir du 1er septembre. Elle a récemment exercé les fonctions de sous-secrétaire à la Défense pour l’acquisition et le maintien en puissance, selon un communiqué de presse. Auparavant, elle occupait le poste de responsable de programme pour les systèmes de gestion des soins de santé de la Défense et d’autres rôles supérieurs au ministère des Transports et au ministère de la Marine.

«Je suis honorée de rejoindre l’équipe de la NSPA», a-t-elle déclaré. «Je suis impatiente de conduire l’agence dans le prochain chapitre de sa longue et fructueuse histoire en tant que principal catalyseur de l’Otan par le biais de la logistique, des acquisitions et du soutien de mission.»

Elle succède à Peter Dohmen, nommé au poste de directeur général en 2016.

Le Luxembourg devrait consacrer 200 millions d’euros à la rénovation des installations de la NSPA à Capellen, couvrant environ les deux tiers du coût total du projet. Cette dépense comptera dans l’engagement du Grand-Duché de consacrer 2% de son PIB à l’armée, pris par tous les membres de l’Otan en 2014.

Le Luxembourg est encore loin du compte, avec des plans pour augmenter les dépenses jusqu’à 0,72% d’ici 2024.

Petite armée, PIB élevé

Dans le cadre de sa politique de dépenses, le Luxembourg finance également une cybergamme hébergée dans les centres de données de la NSPA. La gamme est un environnement de formation virtuelle contre les cyberattaques. En novembre de l’année dernière, la NSPA a attribué à la société estonienne de cybersécurité CybExer Technologies le contrat de conception de la gamme.

«La pénurie d’experts est l’un des principaux défis de la cybersécurité, cet environnement de formation unique aide le Luxembourg à combler le vide et nous sommes ravis de pouvoir y arriver», a déclaré Sergio Coronado, directeur de l’information de la NSPA, dans un communiqué.

Le Luxembourg a également investi dans un satellite d’observation militaire et un avion de transport A400M. Il prévoit de dépenser 367 millions d’euros dans de nouveaux véhicules militaires, de stimuler le recrutement de l’armée et de cofinancer un programme d’avions de soutien multinational. Il envisage également la création d’un hôpital militaire.

Les données de l’Otan, publiées en juin, montrent que le Luxembourg devrait dépenser 389 millions d’euros pour son armée en 2021 et, bien que cela le place au bas du classement en termes de dépenses par PIB, les dépenses par habitant étaient beaucoup plus élevées que parmi les autres partenaires de l’Otan.

Le Luxembourg se classe au 10rang des pays de l’Otan en termes de dépenses par habitant, 19 autres membres dépensant moins si l’on se base sur leur population plutôt que sur leurs économies. Le Grand-Duché a la plus petite armée de tous les membres de l’Otan.

Cet article a été écrit pour  Delano , traduit et édité pour Paperjam.