ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

En développement

Square 42, le futur du bureau à Belval



Le projet Square 42, développé par Atenor et conçu par A2M et Moreno Architecture et Associés, est un des grands ensembles de bureaux à venir à Belval. (Illustration: A2M-Moreno Architecture et Associés)

Le projet Square 42, développé par Atenor et conçu par A2M et Moreno Architecture et Associés, est un des grands ensembles de bureaux à venir à Belval. (Illustration: A2M-Moreno Architecture et Associés)

À Belval, un nouveau grand immeuble de bureaux va voir le jour: Square 42 rassemblera 20.350 m2 de surface administrative, complétés par 1.250 m2 de commerces. Un bâtiment développé par Atenor et conçu par A2M en collaboration avec Moreno Architecture et Associés.

L’urbanisation de cette parcelle (lot 42) située le long de la Porte de France, à Belval, remonte déjà à plusieurs années, alors que le bureau Moreno Architecture et Associés développait un projet d’étude pour la relocalisation d’une importante banque. C’est un emplacement de choix, stratégique, juste en face du bâtiment RBC de Claude Vasconi et faisant la liaison avec le futur Central Square, qui doit répondre à la fois au flux des voitures qui circulent sur le boulevard et à l’axe piétonnier et commercial à venir qui mène vers le Square Mile. «Nous avions alors répondu à l’appel d’offres d’Agora et avions réalisé une étude poussée jusqu’à l’APS, mais le projet ne s’est finalement pas concrétisé», explique Stefano Moreno de Moreno Architecture et Associés.

D’un projet à l’autre

Une nouvelle compétition en «design & built» a été lancée pour la conception du nouveau bâtiment, et c’est le développeur Atenor, en équipe avec le bureau d’architecture A2M en collaboration avec Moreno Architecture & Associés, qui a remporté le concours. «Nous avons pu profiter de notre acquis issu du projet précédent tout en faisant évoluer beaucoup de points sous l’impulsion d’A2M», souligne Stefano Moreno.

La collaboration avec le bureau belge A2M, dirigé par Sebastian Moreno-Vacca, frère de Stefano Moreno, a permis de mettre un coup d’accélérateur sur plusieurs piliers. «En associant nos deux bureaux, nous avons une force de frappe beaucoup plus importante», explique Stefano Moreno. «De notre côté, nous sommes reconnus au Luxembourg pour notre savoir-faire en architecture, ‘space planning’, architecture d’intérieur. De son côté, le bureau A2M est reconnu comme leader non seulement en Belgique, mais aussi à l’échelle européenne, voire mondiale pour les questions environnementales et de durabilité.» Le bureau s’est en effet fait remarquer pour ses capacités à proposer des projets à très haute performance énergétique et dispose de son propre bureau d’études intégré. «C’est une collaboration gagnant-gagnant.»

La volumétrie, elle, n’a pas changé, car elle est fixée par le plan directeur dessiné par KCAP, «un plan qualitatif, mais contraignant, ce qui n’est pas sans représenter un certain intérêt, car il permet une homogénéisation des projets», remarque Stefano Moreno.

Le projet évolue aussi dans son programme. Car, d’un preneur unique, le bâtiment doit être désormais conçu pour des occupants multiples.

La conception se développe également en concertation avec les autres porteurs de projets voisins. «Agora a développé un travail collaboratif entre nous sur une durée de cinq workshops. Cela permet, entre autres, de questionner des sujets comme les parkings, les liaisons extérieures… Cela apporte plus de cohérence au quartier et entre les lots», affirme Sebastian Moreno-Vacca.

En plus des toitures vertes, plusieurs loggias plantées seront développées. (Illustration: A2M-Moreno Architecture)

En plus des toitures vertes, plusieurs loggias plantées seront développées. (Illustration: A2M-Moreno Architecture)

Une conception «intelligente»

 Pour concevoir le futur bâtiment, les architectes se sont principalement appuyés sur les conditions environnementales. «Nous avons étudié avec beaucoup de soin la course du soleil et son incidence sur les façades du bâtiment», explique Sebastian Moreno-Vacca. Chaque trame de 1,35m devient un élément pixélisé qui est repris dans la maquette numérique et varie en fonction des données qui sont communiquées. C’est ainsi que la façade s’ouvre ou se referme, devient plissée ou plate, en fonction de la course du soleil. «La composition formelle dans ce cas est dictée par la prise en considération des éléments naturels», dévoile Sebastian Moreno-Vacca. En plus de ces variations de surfaces, il y a un jeu de plein et de vide, avec des coupures dans le volume, interagissant avec l’échelle urbaine.

«Nous avons aussi proposé d’apporter une conception de structure un peu plus poussée qu’à l’ordinaire», complète Stefano Moreno. «Cette approche permet, par la suite, une plus grande possibilité de transformation des espaces, et donc une plus grande longévité au bâtiment, ce qui, en soi, est la meilleure des durabilités.» C’est ainsi qu’entre les noyaux de circulation, la structure est planifiée pour permettre une ouverture sur deux niveaux, si cela est souhaité. «Cette planification structurelle permet une projection à très long terme de l’évolution du bâtiment. Cela coûte un petit peu plus cher au départ, car cela demande de mettre un peu plus d’effort et d’intelligence au début, mais cela offre un design viable sur le long terme, ce qui est très intéressant pour un investisseur. C’est aussi pour cette raison que le promoteur serait intéressé de trouver un preneur qui occupe 10.000 ou 12.000mcar, dans cette configuration, il peut se permettre de «perdre» 200m2 de plancher pour ouvrir la dalle et donner une autre qualité spatiale à ses bureaux. Mais si cela n’est pas le cas, la prise en occupation par petites unités est aussi tout à fait possible», explique Stefano Moreno.

Le hall d’entrée est un vaste volume largement en relation avec la rue. (Illustration: A2M-Moreno Architecture)

1 / 2

Les bureaux sont des plateaux flexibles pour répondre à tout type d’aménagement. (Illustration: A2M-Moreno Architecture)

2 / 2

 

La présence du végétal n’est pas oubliée, bien évidemment. En plus des toitures vertes qui sont obligatoires, des agrafes végétales sont proposées dans différents points du bâtiment sous forme de loggias.

«Nous avons aussi proposé de mettre en place des catalyseurs NOx», dévoile Sebastian Moreno-Vacca. «À l’aide d’une peinture technique posée en façade, les gaz d’échappement des voitures sont captés et cristallisés en surface. L’eau de pluie permet de les évacuer. Ainsi, le bâtiment agit comme si un parc de 5 hectares, soit l’équivalent du parc de Merl, était planté.»

Pour la matérialité de la façade, contrairement aux projets voisins qui utilisent surtout des composants minéraux, le choix se porte ici sur une expression métallique. «Cet immeuble est un des derniers grands ensembles de bureaux du quartier. Autour, nous avons l’immeuble emblématique de Vasconi, le projet Icône de Foster , et cet immeuble. Nous devions donc développer une expression architecturale qui ait du caractère. Nous nous appuyons sur la tradition de la métallurgie liée au site, mais en nous tournant vers l’avenir, en utilisant de la métallerie plus sophistiquée et contemporaine», affirme Stefano Moreno.

Une approche qui répond aux tendances post-Covid

 Cette réflexion de qualité environnementale est accélérée avec la crise du Covid. L’approche du «new normal» en immobilier est bien de mettre sur le marché des bâtiments hyper efficaces au niveau énergétique, mais qui prennent aussi en considération, de manière beaucoup plus accrue, les besoins et la qualité de vie des occupants. C’est pourquoi, en plus de la certification BREEAM au niveau «Excellent», la certification Well au niveau «Gold» est également visée.

Le bâtiment présentera aussi une intelligence intégrée et communiquera avec les futurs occupants. Pour cela, l’équipe s’est adjoint les services de l’entreprise luxembourgeoise Sensus Nova qui œuvre à mettre en place un système d’outillage intelligent, mais simple d’utilisation. «La vie dans le bâtiment sera facilitée avec, par exemple, l’indication du niveau de fréquentation à la cantine, la reconnaissance automatique pour la connexion à un bureau, la localisation du casier disponible le plus proche… Tout ceci est développé sans être une usine à gaz. Cela reste sobre et facile d’usage», conclut Stefano Moreno.

Aujourd’hui, le projet en est presque au stade d’autorisation de bâtir. Il est prévu de déposer le permis en juin.

Fiche technique

Promoteur: Atenor

Architecte: A2M (responsables projet: Marcella Rufino Rocha et Stefano Dastoli), Moreno Architecture et Associés (responsables projet: Yannick Adam et Dominique Jacob)

Ingénieurs-conseils structure: ICB

Ingénieurs-conseils technique spéciale: Felgen

Surface: 20.350m2 de bureaux, 1.250m2 de commerces

Localisation: Belval, Porte de France

Calendrier: dépôt permis de bâtir en juin 2021, début des travaux en 2022