POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Loi Covid

Le sport passe en mode CovidCheck avant les autres secteurs



Un simple autotest ne suffira plus pour gambader sur les terrains de foot du Luxembourg.  (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Un simple autotest ne suffira plus pour gambader sur les terrains de foot du Luxembourg.  (Photo: Matic Zorman/Maison Moderne)

Contrairement aux secteurs de l’entreprise ou de l’horeca, le sport ne fait pas partie des exceptions de la nouvelle loi Covid, adoptée lundi dernier à la Chambre et qui généralise le mode CovidCheck. Elle est donc entrée en vigueur dès mardi, surprenant les fédérations sportives du pays. 

Lundi soir, dans la foulée du vote de la nouvelle loi Covid à la Chambre des députés, les différentes fédérations sportives du pays ont reçu une circulaire en provenance du ministère des Sports. Celle-ci précisant l’entrée en vigueur de ladite loi dès le lendemain, mardi 19 octobre.

Ce qui a surpris. Car si tout le monde avait bien noté l’arrivée de la nouvelle loi, les fédérations étaient persuadées qu’elle n’entrerait en vigueur qu’à la fin de ce mois d’octobre. Oui, mais voilà, la nouvelle loi Covid ne prévoit pas le sport parmi les exceptions qui n’entreront en vigueur que le 1er novembre prochain, au contraire des secteurs de l’entreprise et de l’horeca par exemple. 

Des autotests, mais certifiés

Concrètement, cela signifie que les clubs de ces différentes fédérations ne peuvent plus avoir recours à un simple autotest afin de s’assurer qu’un participant – non-vacciné et ne pouvant se prévaloir d’un certificat de guérison ou d’un test PCR de moins de 72 heures – à une compétition n’est pas positif au Covid-19. Désormais, il faudra donc que ce test soit certifié par un personnel médical qualifié. 

Et ce pour les sportifs à partir de 12 ans, les écoliers pouvant tout de même profiter d’un test de moins de 48 heures ayant été effectué à l’école pour pouvoir jouer. 

Une réglementation qui en a mis plus d’un dans l’embarras, la Fédération luxembourgeoise de foot (FLF) et celle de tennis de table (FLTT) décidant ainsi de reporter les rencontres programmées en ce milieu de semaine. 

«Ce week-end, par contre, les matches devront bien se tenir, sous peine d’assister à une petite catastrophe au niveau du calendrier. Mais on sait que ce sera compliqué. Comme cela le sera pour toutes les journées suivantes. On s’attend à voir des forfaits tomber…», expliquait Joël Wolff, le secrétaire général de la FLF.