PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Banque de Luxembourg

Gérer son patrimoine: les 10 règles d’or



 (Photo: Banque de Luxembourg)

(Photo: Banque de Luxembourg)

Si la gestion d’un patrimoine nécessite des solutions individuelles et adaptées aux parcours de chacun, il ne faut jamais perdre de vue quelques principes d’investissement sages et intangibles. Par Peggy Damgé, conseillère banque privée pour la clientèle résidente à la Banque de Luxembourg.

Mariages, naissances, acquisition d’une résidence, études des enfants, préparation de la retraite. Chaque étape de la vie a des incidences sur la gestion d’un patrimoine et nécessite des solutions personnalisées.

Des règles intangibles d’investissement doivent néanmoins être observées quels que soient les individus et les situations de marché. En voici 10 que nous rappelons régulièrement à nos clients.

1/ Définir son profil d’investisseur

Pour définir ce profil, il convient d’abord de distinguer votre capacité à prendre du risque de votre volonté de prendre du risque.

Cette dernière relève de la perception individuelle, du degré général d’aversion au risque de chacun. La capacité à prendre des risques dépend en revanche de trois critères liés à votre situation: votre horizon d’investissement (le facteur temps), mais aussi votre surface patrimoniale, ainsi que les dépenses futures liées à vos projets.

2/ Construire un portefeuille diversifié adapté à son profil de risque

La diversification réduit le risque du portefeuille dans son ensemble, en raison des évolutions asymétriques des actifs qui le composent. Un portefeuille bien diversifié résiste mieux aux périodes de crise qu’un portefeuille investi en une seule catégorie d’actifs. La crise de 2007-2008 l’a confirmé.

3/ Adapter son portefeuille à chaque grande étape de sa vie

Il faut adapter la composition de vos avoirs à votre situation de vie. Mieux vaut par exemple ne pas investir en actions le montant servant à financer dans un an l’acquisition de votre maison. En revanche, une forte exposition aux actions est appropriée si vous avez la vie devant vous.

4/ Investir à long terme

Investir à long terme lisse les aléas du marché et limite les effets de crises qui restent inévitables. Entre 1926 et 2012, 28% de chacune des périodes d’un an se sont soldés par des performances négatives. Les pertes se sont limitées à 14% en prenant en compte des périodes de cinq ans. Et aucune période de 15 ans n’affiche un résultat dans le rouge. 

5/ Rester investi plutôt que d’essayer d’anticiper le marché

Les anticipations du marché sont très aléatoires. Solder ses positions en anticipant un repli du marché, c’est aussi risquer de perdre le bénéfice d’une future appréciation des cours ou manquer le moment de revenir sur le marché. Rester investi, c’est aussi continuer à bénéficier de la puissance du réinvestissement des dividendes.

6/ Investissez régulièrement et sur le long terme

C’est la seule bonne façon de se constituer un patrimoine sur le long terme, dans les phases de hausse comme lors de corrections boursières, en «moyennant» son prix d’achat.

7/ Savoir maîtriser ses émotions

Les émotions sont le meilleur ennemi de l’investisseur, qui peut se sentir obligé d’agir dans des situations inconfortables ou inattendues.

8/ Avoir des attentes de rendement raisonnables

Les marchés boursiers ont connu une ascension presque ininterrompue depuis 2009, sur fond de politiques monétaires très accommodantes. Il convient donc de mesurer ses attentes de rendement pour les années qui viennent et de comprendre qu’un rendement annualisé raisonnable, par exemple de 4% sur longue période, est une moyenne. Cela ne signifie pas forcément un rendement de 4% chaque année. Des années de rendements supérieurs à la moyenne peuvent être suivies d’exercices négatifs.

9/ Se méfier des effets de mode et des valeurs à succès

Suivre la mode et investir dans les valeurs à succès, c’est le meilleur moyen de s’exposer à un risque de perte définitive en capital. Ceux qui ont investi en 2007-2008 dans la société Solarworld, société surendettée et trop dépendantes des subventions, l’ont par exemple appris à leurs dépens.

10/ Savoir et comprendre dans quoi on investit

Il faut investir dans des actifs de qualité qui, même s’ils peuvent connaître une perte temporaire à court ou moyen terme, ne feront pas défaut à terme. De plus, il ne faut pas les surpayer, car le prix payé détermine le rendement futur de tout investissement.

Voulez souhaitez en savoir plus? Contactez Peggy Damgé, conseillère banque privée à la Banque de Luxembourg, au +352/49 924 – 3726 ou consultez notre site.

Explorez, partagez, suivez les actualités de la Banque de Luxembourg.