LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Marc Hauser (Rotondes)

«Sous le charme de la siffleuse Molly Lewis»



Les Britanniques de Squid et Dry Cleaning, la tasse de thé de Marc Hauser en 2021.  (Photo: Rotondes)

Les Britanniques de Squid et Dry Cleaning, la tasse de thé de Marc Hauser en 2021.  (Photo: Rotondes)

Alors que l’année 2021 se termine tout doucement, Marc Hauser, le responsable de la programmation musicale aux Rotondes, dans la capitale, nous livre ce qu’il s’est mis de mieux dans les oreilles ces 12 derniers mois. Histoire de bien se souvenir du meilleur de la musique indépendante.

Quel est votre album préféré de 2021?

Marc Hauser. – «De manière spontanée, je répondrais Squid. Un groupe anglais de post-punk qui a publié cette année son premier album, ‘Bright Green Field’. J’aime ce dernier, mais aussi les membres du groupe et leurs prestations en live. Je les ai vus pour la première fois voici trois ans au festival The Great Escape à Brighton, en Angleterre. À l’époque, ils n’étaient pas encore signés sur le prestigieux label Warp. Mais il y avait un monde de dingue pour les voir. Il est vrai qu’ils sont de Brighton, cela devait aider [il sourit]. Notez qu’à chaque fois que je les ai vus, c’était blindé. Cela veut sans doute dire quelque chose…

Nous les avions programmés lors de notre festival estival, Congés annulés, en 2020. Mais nous n’avions même pas eu le temps de l’annoncer que tout était déjà annulé en raison de la pandémie. Depuis, je cours un peu après eux pour tenter de les avoir quand même chez nous, aux Rotondes. Ils sont peut-être désormais un peu trop ‘gros’ pour faire étape chez nous. Mais le passé m’a déjà montré que, parfois, cela peut quand même marcher. Alors, sur un malentendu… [il rigole]

Quelle est votre révélation musicale de 2021?

«Je vais peut-être vous surprendre. Je suis sous le charme de la siffleuse Molly Lewis. Cette artiste aux origines australiennes vient de sortir un mini album, un EP. Et il faut l’écouter! C’est vraiment un truc à part.

Le fait que ce soit un album sifflé et non chanté ne l’empêche pas d’être repris à l’affiche de grands festivals ou d’un réseau de salles de concert reconnues. Dernièrement, elle était ainsi au Botanique et aux Trans Musicales de Rennes.   

Quel est votre artiste luxembourgeois de 2021?

«Francis of Delirium! La chanteuse Jana est jeune, sincère dans ce qu’elle donne musicalement, présente sur scène et très touchante. J’ai encore en tête la version symphonique de ses chansons qu’elle a proposées sur notre scène cet été lors du festival Congés annulés, après avoir effectué une petite résidence chez nous. Une prestation à guichets fermés qui s’est clôturée par une standing ovation. Un moment rare.

Quel concert auriez-vous aimé voir en 2021?

«J’attendais avec impatience la venue des rockeurs anglais de Dry Cleaning au même festival Congés annulés. Un des groupes de l’année. Ils n’étaient finalement pas venus chez nous parce que les dates qui étaient programmées avant et après nous, à savoir au Pukkelpop en Belgique et au Lowlands Festival aux Pays-Bas, étaient tombées à l’eau. Du coup, le déplacement ne devait plus être rentable pour eux… Mais j’adore toujours autant leur musique.  

Quel est l’artiste ou l’album que vous attendez en 2022?

«Je dirais l’artiste londonien Wu-Lu. Il propose un hip-hop expérimental vraiment très prenant. Lui aussi était aux Trans Musicales. Son album arrive en février et j’espère qu’on pourra le proposer en live aux Rotondes. Il est représenté par le même agent que des artistes désormais reconnus comme Mac DeMarco, Black Country New Road, etc.»