PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

3 questions à Olivier Waltzing et Philippe Jacquemart

«Une solution d’outsourcing nécessite soin et analyse»



Philippe Jacquemart (à gauche) et   Olivier Waltzing (BIL).   (Photo: Eva Krins/Maison Moderne)

Philippe Jacquemart (à gauche) et   Olivier Waltzing (BIL).   (Photo: Eva Krins/Maison Moderne)

Suite au Breakfast Talk – PSF de support: nouvelles règles d’outsourcing, organisé le jeudi 5 mai 2022 par le Paperjam + Delano Club, découvrez l’interview d’Olivier Waltzing et Philippe Jacquemart de la Banque Internationale à Luxembourg.

Quelle est votre procédure d’outsourcing?

Olivier Waltzing et Philippe Jacquemart. – «Notre procédure d’outsourcing se compose de deux règles au sein du groupe BIL: d’une part, la «Outsourcing & Third-Party Charter», qui fixe le cadre général, et, d’autre part, la «Outsourcing and Cloud Computing Policy», qui précise son application. Suivant l’intérêt et le besoin identifié par le métier, un business case est réalisé et soumis à l’instance de décision (The Bank Project Portfolio Management Committee) afin d’obtenir l’accord permettant de réaliser une étude de faisabilité. Cette étude, sous la responsabilité de l’outsourcing manager, se déroule au sein d’un «Third-Party Forum» incluant toutes les parties prenantes (Procurement, Legal, Compliance, Risk, IT…).

À la sortie du Forum et suivant le résultat de la due diligence et du risk assessment réalisés avec le provider, les recommandations sont envoyées en retour au comité décisionnel afin d’obtenir l’accord de mise en œuvre. Ces étapes sont indispensables avant la notification au régulateur, la contractualisation et la structuration du suivi futur de l’activité outsourcée (oversight).

Quelle est votre procédure dans le choix d’un service provider? «Notre politique interne prévoit pour tout achat dépassant un certain seuil (activité et/ou montant) d’obtenir au moins trois offres basées sur les besoins du métier. Dans ce cas, le résultat de la due diligence sera prépondérant dans le choix du service provider. Le risk assessment sera quant à lui réalisé uniquement sur le fournisseur ayant le meilleur résultat à la due diligence. Viennent s’ajouter à ces critères, le niveau de correspondance avec le besoin exprimé (vue métier), la position ainsi que les références sur le marché, le coût (procurement), le respect strict des règles (risk, compliance, DPO, etc.), mais aussi sa maturité en termes de prestation de service outsourcé (Outsourcing Manager).

Quels sont vos critères pour choisir d’outsourcer un service? «Les critères de choix peuvent être très différents: efficience, savoir-faire, coût, rentabilité, disponibilité des ressources, etc. Un service sous-traité aujourd’hui pour répondre à un besoin urgent pourra tout aussi bien être réintégré plus tard lorsque les équipes seront plus disponibles ou lorsque nos équipes informatiques auront développé l’outil nécessaire au traitement. Plus généralement, néanmoins, une orientation vers une solution d’outsourcing nécessite soin et analyse, car elle engage un travail préparatoire, une implémentation et un suivi non négligeable.»