POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Livraison de vaccins

La solidarité inégale des pays de l’UE concernant les vaccins



Sur un lot de 10 millions de doses de vaccin, 19 États membres, dont le Luxembourg, mais aussi l’Allemagne, la France et la Belgique, ont accepté de recevoir moins de doses – ils s’en partageront 6,6 millions – pour permettre d’en livrer près de 3 millions supplémentaires à cinq pays en difficulté. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

Sur un lot de 10 millions de doses de vaccin, 19 États membres, dont le Luxembourg, mais aussi l’Allemagne, la France et la Belgique, ont accepté de recevoir moins de doses – ils s’en partageront 6,6 millions – pour permettre d’en livrer près de 3 millions supplémentaires à cinq pays en difficulté. (Photo: Nader Ghavami/Maison Moderne)

19 États membres de l’UE, dont le Luxembourg, ont réduit leur prorata concernant une livraison de 10 millions de doses de vaccin, en soutien à cinq pays en difficulté. Mais l’Autriche, la République tchèque et la Slovénie ont refusé d’y prendre part.

Alors que la «guerre des vaccins» fait rage entre l’UE et le Royaume-Uni, on pouvait espérer que la paix régnerait sur le continent. Mais la solidarité entre les pays européens est loin d’être naturelle.

Pfizer-BioNTech avait promis une avance sur livraison de 10 millions de doses par rapport au planning originel. La présidence portugaise du Conseil de l’UE avait saisi l’opportunité pour proposer aux États membres de faire preuve d’«un esprit de solidarité».

Pour cela, en soutien à la Bulgarie, la Croatie, l’Estonie, la Lettonie et la Slovaquie, les autres pays européens devaient renoncer à leur prorata afin d’allouer davantage de leurs doses. Mais les négociations se sont finalement révélées extrêmement ardues, certains pays se sentant lésés par ce dispositif.

Finalement, un accord a été trouvé, a annoncé, jeudi, dans un communiqué, la présidence portugaise du Conseil: 19 États membres, dont le Luxembourg, mais aussi l’Allemagne, la France et la Belgique, ont accepté de recevoir moins de doses – ils s’en partageront 6,6 millions – pour permettre d’en livrer près de 3 millions supplémentaires aux cinq pays en difficulté.

Mais l’Autriche, la République tchèque et la Slovénie ont décidé de conserver leur prorata d’origine. Selon Le Monde, l’Autriche recevra donc bien ses 199.000 doses prévues, contre 139.000 si le pays avait accepté le compromis. Soit 60.000 doses conservées par intransigeance.