POLITIQUE & INSTITUTIONS — Economie

Balance des paiements

Le solde du compte courant diminue encore



La balance des paiements reste excédentaire.  (Photo: Shutterstock)

La balance des paiements reste excédentaire.  (Photo: Shutterstock)

Après avoir chuté l’an dernier – bien que beaucoup moins que prévu selon les chiffres révisés –, le solde du compte courant continue de diminuer au premier semestre 2021.

Le Covid-19 semble garder un impact sur la balance des paiements, document qui récapitule le solde des échanges entre le Luxembourg et les autres pays. Selon le Statec et la Banque centrale du Luxembourg (BCL), le compte courant du premier semestre 2021 se solde par un excédent de 937 millions d’euros, soit une baisse de 2,805 millions d’euros par rapport à la même période l’année précédente.

À l’époque, la BCL indiquait pourtant un excédent inférieur, égal à 706 millions d’euros, déjà en baisse de 1,4 milliard d’euros  en un an. Interrogée, elle explique que les chiffres ont été révisés depuis. Au premier semestre 2020, l’excédent était donc, finalement, de 3,742 millions d’euros.

L’an dernier, Statec et BCL expliquaient le phénomène par une hausse des cotisations sociales versées aux frontaliers pendant le confinement, qu’il s’agisse des indemnités de chômage partiel ou encore de congé extraordinaire pour raisons familiales. Cette fois, la BCL parle d’une réduction importante des dividendes et intérêts à recevoir, même si elle dit que cette rubrique nécessite «beaucoup de prudence dans l’interprétation de son évolution».

Reprise des échanges

Export et import ont repris: le premier augmente de 11%, le second de 15%. Ce sont plus précisément les exportations nettes de négoce international (achat et vente de biens sans passage par le Luxembourg) qui sont en hausse de 25% (+312 millions d’euros). Au niveau des marchandises générales, hors négoce, la croissance des exportations s’élève à 10% (+944 millions d’euros), et celle des importations à 15% (+1.491 millions d’euros).

Dans les services, les exportations ont progressé de 11% et les importations de 10%. Portées notamment par les services financiers, en croissance de 14% pour l’export et de 17% pour l’import. La BCL l’explique par «l’appréciation sensible des actifs moyens gérés par les fonds d’investissement au cours de la période».