POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

quartier gare et ville haute

Une société privée en renfort de la police à Luxembourg



À partir du 1er décembre, pour une durée de deux mois, des équipes avec chien sillonneront les quartiers de la Gare et de la Ville Haute (Photo: Shutterstock)

À partir du 1er décembre, pour une durée de deux mois, des équipes avec chien sillonneront les quartiers de la Gare et de la Ville Haute (Photo: Shutterstock)

La Ville de Luxembourg a annoncé la mise en place, via une société de gardiennage et de surveillance privée, de nouvelles mesures visant à combattre le sentiment d’insécurité dans les quartiers de la Gare et de la Ville Haute de la capitale.

La Ville de Luxembourg a annoncé, ce jeudi, la mise en place de mesures préventives pour lutter contre le sentiment d’insécurité dans les quartiers de la Gare et de la Ville Haute. Pour ce faire, une société privée de gardiennage et de surveillance viendra prêter main-forte aux équipes de police déjà sur le terrain.

Du 1er décembre au 31 janvier, deux équipes de deux agents sillonneront le quartier Gare, accompagnées de deux chiens de garde, tandis que dans le quartier de la Ville Haute, une seule équipe, aussi accompagnée d’un chien, occupera le terrain.

«Cette société travaillera de concert avec la police, sans pour autant empiéter sur le champ de compétence de cette dernière ni remplacer l’action des forces publiques», indique la Ville par voie de communiqué.

La mise en place de ces nouvelles mesures viendra s’ajouter au plan d’action social – mené en collaboration avec l’asbl Inter-Actions – qui débutera dès le 15 décembre prochain. Ce service, composé de 6 membres, devra assurer une mission de présence visible dans le quartier Gare, d’accompagnement des habitants, de médiation et de lien avec les forces de police et les services du Streetwork, déjà actifs depuis plusieurs années dans la capitale.

Lydie Polfer, bourgmestre DP de la Ville de Luxembourg, et le ministre Henri Kox, ministre Déi Gréng de la Sécurité intérieure, ont effectué, mardi, une visite dans les quartiers de la Gare et de Bonnevoie, accompagnés de Patrick Even, directeur régional de la police de la capitale et de l’échevin Maurice Bauer (CSV). DG-DCOM

1 / 3

Le ministre a pu se rendre compte de la réalité du terrain vécue par les policiers. (Photo: DG-DCOM)

2 / 3

Henri Kox a pu échanger avec les policiers de la capitale. (Photo: DG-DCOM)

3 / 3

Mardi soir, le ministre de la Sécurité intérieure Henri Kox (Déi Gréng) et Patrick Even, directeur régional de la police de la capitale, ont justement rencontré Lydie Polfer  (DP), bourgmestre de la Ville de Luxembourg, dans le cadre d’une réunion de travail et d’une visite de terrain dans les quartiers de la Gare et de Bonnevoie. Cette dernière, à cette occasion, est revenue sur la problématique que continue de représenter la délinquance liée au trafic de stupéfiants à ces endroits, qui a pour conséquence un fort sentiment d’insécurité et de mécontentement de la part des riverains.

Si elle a salué le renforcement des effectifs policiers, au nombre de 30, effectué il y a exactement un an, la mesure semblait cependant insuffisante à ses yeux.

La décision de la Ville de Luxembourg suscite déjà de vives réactions. Si le ministre Kox a indiqué ne pas y être favorable, les élus de l’opposition avouent pour leur part être stupéfaits.