POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Aménagement du territoire

Six groupements pour imaginer Luxembourg in Transition



Le ministre Claude Turmes (Déi Gréng) a présenté le processus de sélection des six équipes encore en course pour Luxembourg in Transition. (Photo: Paperjam)

Le ministre Claude Turmes (Déi Gréng) a présenté le processus de sélection des six équipes encore en course pour Luxembourg in Transition. (Photo: Paperjam)

Suite à une consultation internationale, six groupements multidisciplinaires sont actuellement en concurrence pour imaginer le futur décarboné et résilient du Luxembourg et de son espace transfrontalier. Une procédure ambitieuse avec des enjeux de taille pour un projet qui déterminera, à l’horizon 2050, le «Luxembourg in transition». 

Le projet Luxembourg in Transition est le document stratégique piloté par le Département de l’aménagement du territoire du ministère de l’Énergie et de l’Aménagement du territoire, qui détermine les visions territoriales à l’horizon 2050. L’objectif est d’aboutir à un pays et à un espace transfrontalier plus résilients et zéro carbone. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit de déterminer les lignes directrices à adopter pour créer le cadre de vie des 30 prochaines années.

S’inspirant de la méthodologie mise en œuvre pour réaliser le Grand Genève, les équipes du ministre de l’Énergie et de l’Aménagement du territoire, Claude Turmes (Déi Gréng), ont lancé un appel à candidatures international, au printemps 2020, pour rassembler des idées novatrices et des concepts audacieux qui pourront accompagner l’action des décideurs dans les années à venir. Les résultats escomptés de la consultation permettront d’orienter la refonte du programme directeur d’aménagement du territoire (PDAT) et d’initier des projets pilotes pour s’engager concrètement dans la transition écologique.

 30 dossiers ont été remis et soumis à un jury qui a retenu dans un premier temps, le 16 octobre 2020, 10 équipes. Ces 10 équipes ont reçu par la suite la mission de mettre en œuvre une méthodologie de projet, élaborée à partir de données chiffrées. Chacune de ces équipes a eu l’opportunité de présenter son approche et de développer ses idées à travers des entretiens qu’il est possible de découvrir sur le site de Luxembourg in Transition.  

Six équipes internationales

Suite à ces présentations, six équipes ont été retenues pour se diriger vers la phase 3 du processus. Il s’agit de:

-       2001, 51N4E, Lola, Sytematica, Transsolar SAS, Endevour, ETH Zürich, TU Kaiserslautern, Yellow Ball, Gregor Waltersdorfer, Maxime Delvaux, Office for Cities;

-       AREP Ville SAS, Sorbonne Université, Taktyk, Mobil’homme, Quattrolibri;

-       KCAP Architects&Planners, Arup Deutschland, Cabane Partner Urbane Strategien und Entwicklung;

-       MVRDV, Goudappel Coffeng, Transsolar Inc., H+N+S, Deltares, Drift, University of Twente, ITC Faculty;

-       TVK Architecte et Urbaniste, Partie Prenante, Soline Nivet Architecture, Université Gustave Eiffel, Sol & Co, Justinien Tribillon, Université Grenoble Alpes, Institut de géographie alpine, Institut national de l’économie circulaire;

-       Université du Luxembourg, Luxembourg Institute of Science and Technology, Centre for Ecological Learning Luxembourg, Institut fir Biologësch Landwirtschaftan Agrarkultur, Office for Landscape Morphology.

Ces équipes ont donc dû composer une méthodologie qui explique comment passer de l’état actuel de 15-18 tonnes à 1 tonne compensée de CO2 produite par habitant par an; comprendre l’effort nécessaire de la part de la société pour y parvenir; proposer un moyen de mesurer l’efficacité de chaque mesure proposée;  comprendre l’impact des différents secteurs (tels que la mobilité, le logement, la nourriture, les loisirs…); définir un modèle (une métrique) qui permet d’évaluer l’impact des mesures et des actions proposées par la suite; croiser ces propositions avec les projections économiques, sociales et environnementales; ainsi que créer une matrice de stratégies et de tactiques qui serviront lors de la prochaine étape qui concerne une étude à l’échelle de la Grande Région.

La participation des citoyens

En parallèle, le comité de citoyens, lancé le 18 janvier dernier, accompagne les travaux de la consultation et peut, tout en suivant pendant un an une formation scientifique accélérée et un accompagnement professionnel, participer aux délibérations de la consultation et participer à des conférences et des débats organisés à cette occasion.

Les premiers événements publics du Biergerkommitee se tiendront le 4 février (débat: Ce que l’on sait sur l’avenir et les réponses de la politique ) et le 18 février ( Neutralité carbone: quel rôle pour l’architecture et l’aménagement du territoire? ). Les inscriptions pour les conférences publiques vidéo se font à l’adresse suivante: [email protected] .

Ce comité de citoyens sera également amené à exprimer ses idées et avis auprès des équipes sélectionnées, à formuler des propositions face aux défis énoncés et à donner des impulsions dans le cadre du PDAT.