ENTREPRISES & STRATÉGIES — Industrie

Aditya Mittal

«Le site de Florange est florissant»



243637.jpg

«Nous avons continué d’investir et de nous développer sur place et aujourd’hui le site est florissant», a appuyé Aditya Mittal dans une interview accordée aux Échos. (Photo: Dan Smith/Archives)

Le président d’ArcelorMittal est revenu sur l’actualité du groupe sidérurgique, dont le siège est au Luxembourg, dans une interview accordée aux Échos. Aditya Mittal explique que la demande mondiale en acier va continuer à augmenter et évoque son site mosellan.

«L’acier a évidemment un avenir», affirme Aditya Mittal dans une interview publiée ce vendredi dans Les Échos. Le président d’ArcelorMittal, dont le siège est au Luxembourg, insiste sur le fait que la demande mondiale en acier va s’accroître.

«Elle devrait passer de 1,7 milliard de tonnes l’an dernier à 2,5 milliards d’ici à 2050», appuie le fils de Lakshmi Mittal . Celui qui est devenu président du géant mondial de la sidérurgie en mars 2018 reste toutefois prudent sur l’avenir de la production en Europe et les crises régulières que le secteur traverse: «Il y a 20 ans, la Chine produisait moins de 10% de l’acier mondial. Aujourd’hui, la moitié de la production est ‘made in China’.»

«Une concurrence juste»

Et c’est dans ce contexte que le groupe a récemment annoncé réduire à nouveau sa production d’acier primaire en Europe, face à une demande en berne et des importations en hausse. «Il faut trouver un moyen de faire pression sur la Chine pour qu’elle réduise ses capacités de production qui déstabilisent l’équilibre global.»

Aditya Mittal regrette également les cycles de prise de décision au niveau de la Commission européenne, «bien plus lents que ceux des affaires. Nous voulons juste que la concurrence soit juste.»

«Nous continuons d’investir à Florange»

Employant 100.000 personnes en Europe, ArcelorMittal possède également son plus grand centre de R&D au monde à  Maizières-lès-Metz en Lorraine  – 600 personnes en CDI sur place –, ce que n’a pas manqué de souligner son président: «Les deux tiers de nos chercheurs (...) sont localisés en France et nous continuons d’y investir massivement.» 10 à 15 millions y sont en effet investis chaque année.

Aditya Mittal cite également le site de Florange en exemple. «Le changement fait partie de la vie d’une entreprise, et souvent les efforts consentis permettent de rebondir et de se renforcer. Nous avons continué d’investir et de nous développer sur place et aujourd’hui le site est florissant.»