LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Bien-être

Centres commerciaux

L’imagination des commerçants pour du shopping sans risque



Des sticks en bois sont proposés pour faire son code secret sans contact. (Photo: Paperjam)

Des sticks en bois sont proposés pour faire son code secret sans contact. (Photo: Paperjam)

Coup d’œil sur les nombreuses mesures de prévention en vigueur pour lutter contre le coronavirus dans les boutiques du centre commercial Belle Étoile.

Le simple port du masque et le respect des règles de distanciation sociale sont des réflexes presque acquis pour bon nombre de chalands aperçus lundi au centre commercial Belle Étoile à Bertrange.

Mais force est de constater que, pour assurer la santé et la sécurité des chalands, les commerçants ne manquent pas d’idées. Petit passage en revue.

Gardez vos distances

La recommandation en vigueur porte sur un client par 10m² de surface, ce qui peut limiter fortement la capacité d’accueil des plus petites boutiques. Devant certaines d’entre elles, des files se forment, généralement dans le respect des distances. Celles-ci sont aussi de mise à l’intérieur, où peut toutefois régner une certaine confusion entre certaines indications qui parlent de 1,50 mètre et d’autres, de 2 mètres.

Au Luxembourg, la norme de 2 mètres est retenue , tandis qu’en Belgique, c’est plutôt 1,50 mètre dont il est question. Or, de nombreuses chaînes établies au Luxembourg sont en fait dirigées depuis nos pays voisins, d’où le référencement qui diffère chez certains. «Nous allons recevoir les bons autocollants rapidement», ont assuré plusieurs commerçants rencontrés lundi matin.

La désinfection des mains est désormais un rituel à l’entrée de nombreuses boutiques. (Photo: Paperjam)

La désinfection des mains est désormais un rituel à l’entrée de nombreuses boutiques. (Photo: Paperjam)

Zéro contact

Le paiement sans contact et sans code a certes vu son plafond être relevé à 50 euros au début de la crise sanitaire. Il n’empêche, certaines dépenses dépassent ce seuil. Voilà pourquoi chez Lola & Liza, des bâtonnets en bois jetable sont disposés près du terminal de paiement pour permettre aux clients de faire leur code secret en toute sécurité sanitaire.

Autres astuces pour limiter les contacts: plus aucun ticket de caisse n’est imprimé, mais est par contre envoyé par e-mail aux clients.

Chez Nature & Découvertes, un stand de retrait des commandes passées en ligne a été aménagé devant la boutique, de manière à ce que les e-shoppers ne doivent pas y entrer et puissent récupérer leurs achats rapidement.

Avec précaution

Si l’essayage des vêtements reste permis et figure parmi les spécificités du commerce physique face à l’e-commerce, celui-ci se fait avec quelques précautions. Ainsi, au magasin Freelander’s, des gants à usage unique sont mis à la disposition des clients à l’entrée afin qu’ils limitent les risques lors de la manipulation des articles en rayon. Quant à Lola & Liza, les tenues essayées sont remises sur tringle, mais isolées pendant 24h avant de retourner en rayon.

Par précaution, les vêtements essayés sont stockés 24h avant de retourner en rayon. (Photo: Paperjam)

Par précaution, les vêtements essayés sont stockés 24h avant de retourner en rayon. (Photo: Paperjam)

La prévention en campagne

Le masque vert assorti à la couleur de son syndicat, Bento Pires prend des nouvelles des commerçants et leur distribue des tracts sur les mesures de protection face au coronavirus. Avec deux autres membres du LCGB, le secrétaire syndical adjoint veut profiter de la réouverture pour faire un rappel des mesures. «Jusqu’ici, ça a l’air de bien respecter les consignes», observe-t-il.

Idem pour Manu Konsbruck, le directeur du centre commercial, qui constate un bon respect des distances de la part de la clientèle. «On ne prendra pas plus de précautions par rapport à ce qu’on a pris jusqu’à présent», conclut-il.