ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

pandémie

Servior et Paul Eischen unissent leurs forces



Avant le début de la crise sanitaire, Servior livrait en moyenne 650 repas par jour. (Photo: Shutterstock)

Avant le début de la crise sanitaire, Servior livrait en moyenne 650 repas par jour. (Photo: Shutterstock)

C’est un des effets indirects de la crise sanitaire actuelle: la demande de repas à domicile de la part de seniors est en nette augmentation. Pour y faire face dans le sud du pays, le groupe Servior a décidé de travailler en partenariat avec le traiteur Paul Eischen.

Repas sur roues, c’est le nom du service de livraison de repas à domicile proposé par le groupe Servior (plusieurs organismes publics ou la Croix-Rouge le proposent aussi, ndlr). Et celui-ci connaît un beau succès. «31 communes sont nos partenaires et profitent de ce service», explique Nathalie Hanck, responsable de la division Clients & Communication chez Servior.

+20% de demandes entre février et mars

Chaque jour, 650 clients sont servis, à un tarif fixé par la commune. «Mais c’est une moyenne. Certains jours, nous avons atteint les 1.000 repas», souligne-t-elle encore. Or, avec l’épidémie de Covid-19, les demandes ont véritablement explosé, principalement dans le sud du pays, où se situe la majorité des communes qui profitent du service Repas sur roues. «En moyenne, à nouveau, nous avons vu la demande augmenter de 20% entre février et mars. Nos limites de production ont été atteintes», explique encore Nathalie Hanck.

Mais en cette période difficile, Servior ne pouvait imaginer ne pas faire son maximum pour les personnes en demande. «Nous avons donc cherché des solutions. Finalement, nous l’avons trouvée avec le traiteur Paul Eischen de Mamer. Nous sommes désormais partenaires afin de répondre à la demande. La seule différence est que ce nouveau service ne propose qu’un menu unique, au lieu de plusieurs habituellement pour nos services dans le Nord et le Sud. Mais il n’était pas possible de faire mieux, notamment en raison des difficultés rencontrées par des fournisseurs», conclut Nathalie Hanck.