ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

Junior Project Awards 2021

Un sac à fruits réutilisable, premier pas dans le business



Sacs à légumes, tote bags et tabliers… la collection de Biobagfy se décline en trois produits. (Photo: Biobagfy)

Sacs à légumes, tote bags et tabliers… la collection de Biobagfy se décline en trois produits. (Photo: Biobagfy)

Trois lycéens, Maurice Hoffmann, Tom Germeaux et Gregory Herbrig, ont remporté les Junior Project Awards 2021 grâce à leurs sacs à fruits et légumes réutilisables. Ils veulent poursuivre le projet et s’attaquer aux grandes surfaces.

La relève entrepreneuriale se prépare. Maurice Hoffmann, Tom Germeaux et Gregory Herbrig, trois élèves de 16 ans au Lycée Aline Mayrisch, avaient déjà remporté le programme My First Enterprise, organisé par Jonk Entrepreneuren, en mai 2021. Et viennent maintenant de décrocher la première place des Junior Project Awards, décernée mardi 6 juillet par la même asbl, qui veut «apprendre à entreprendre». Dix équipes du cycle supérieur (de la 4e à la 2e) avaient participé.

Les trois camarades ont fait la différence grâce à leurs «veggie bags», des petits sacs en coton recyclé pour remplacer ceux en plastique lors de l’achat de fruits et légumes.

Pas de vente en ligne pour le moment, il faut contacter l’équipe pour acheter leurs sacs ou tabliers. (Photo: Biobagfy)

1 / 2

Grâce à leur première place, les lycéens pourront participer au concert de leur choix à la Rockhal. Pas encore décidé. (Photo: Biobagfy)

2 / 2

150 ventes

«L’idée était de créer un produit sur un marché où il n’y avait pas beaucoup de concurrence. Et de s’attaquer à la problématique actuelle des déchets», résume Gregory Herbrig, qui s’occupe des liens avec les producteurs et distributeurs. Les 40 euros de budget initial ne suffisant pas, l’équipe nommée Biobagfy a lancé un système de pré-commandes, qui a vite séduit une centaine de personnes. Elle a donc pu entrer en contact avec l’entreprise Drockmeeschter, qui a produit les sacs. Tandis que d’autres élèves du lycée, spécialisés en design, se sont occupés bénévolement du logo.

Entre les pré-commandes, les ventes au lycée et dans la librairie Bicherhaischen, 150 produits ont été distribués. La moitié étant ces fameux veggie bags, à 4 euros l’unité. Mais l’équipe a aussi vendu des tote bags (sorte de sacs à main, à 5 euros) et tabliers (20 euros pièce).

Sur la route des mini-entreprises

Le mini-business voit plus loin et va réinvestir l’argent récolté – après avoir remboursé les 40 euros de départ à l’école. «Nous avons décidé de prolonger le projet», annonce fièrement Maurice Hoffmann, en charge du marketing et du management. «Au début, l’idée était de vendre aux particuliers. Le plan est maintenant d’utiliser la visibilité des grandes surfaces.» Les trois garçons vont tenter d’approcher des fermes ou des magasins biologiques. Avant de, peut-être, viser de plus grosses marques. Ils préparent également un nouveau design pour cette «deuxième collection».

Biobagfy devrait vivre jusqu’en septembre 2022. Après quoi les trois jeunes projettent de participer, ensemble, au concours des mini-entreprises de Jonk Entrepreneuren. Ce qui leur laisse un peu moins de deux ans pour «trouver une idée sensationnelle», prévoit Gregory Herbrig.

Travail d’équipe

Un premier pas vers une carrière qu’il imagine bien dans l’entrepreneuriat. «Je rêve d’avoir mon entreprise, la voir grandir, créer quelque chose de nouveau et être mon propre chef.» Pour Maurice Hoffmann, «c’est un peu pareil, je voudrais bien continuer dans l’entrepreneuriat ou l’ingénierie industrielle». Tom Germeaux, chargé des finances de Biobagfy, n’est pas sûr, mais le poste de responsable financier lui plaît bien.

Je rêve d’avoir mon entreprise, de la voir grandir.

Gregory Herbrig,  en charge des relations avec les producteurs et distributeurs,  Biobagfy

Dans une entreprise, «il y a des temps meilleurs et des situations où tout ne marche pas comme on veut», a appris Gregory Herbrig. «Il faut travailler ensemble, communiquer. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous avons gagné. Parce que nous avons travaillé en équipe», conclut-il.