POLITIQUE & INSTITUTIONS — Institutions

Frontaliers

Le S-Hub, dédié au télétravail, ouvre le 3 juin à Yutz



242515.jpg

En chiffres, le S-Hub représente un bâtiment de cinq étages, d’environ 450m² chacun. La surface de plancher totale est d’environ 2.250m². (Photo: Paperjam)

Face à l’augmentation constante du nombre de frontaliers lorrains travaillant au Luxembourg, le S-Hub propose, en périphérie de Thionville, des espaces de télétravail et de coworking afin de limiter les déplacements. Ouverture prévue le 3 juin prochain.

102.000 nouveaux frontaliers sont attendus en 2035 . Et parmi eux, la Lorraine devrait en fournir 70%. Alors que le projet d’A31 bis continue de patiner, les agglomérations se mobilisent pour mettre en place des solutions afin de diminuer le nombre de déplacements sur les routes ou sur les rails.

C’est dans cette optique qu’ouvrira le 3 juin prochain le bâtiment S-Hub Meilbourg One à Yutz, dans l’agglomération thionvilloise, le long de l’A31. L’investissement se chiffre à 4,5 millions d’euros hors taxes, porté et géré par la Sodevam (société de développement et d’aménagement de la Moselle).

242327.png

Le S-Hub possède un accès immédiat depuis l’A31 (sortie Yutz–Thionville-centre en venant de Metz), il se situe au sein de la ZAC espace Meilbourg. Parkings disponibles réservés aux utilisateurs de S-Hub. (Photo: Capture d’écran / Sodevam)

«C’est le premier espace de télétravail de ce type», appuie Pierre Cuny, maire de Thionville, qui participera à l’inauguration du bâtiment ce mercredi 29 mai. «Le but est de faire du télétravail non pas à domicile, mais dans un lieu où le salarié peut retrouver des services, avec un parking de covoiturage, un service de conciergerie, des bureaux individuels, des salles de réunion, un wifi haut débit, etc.»

Une étude commandée à PwC dans le cadre du S-Hub a montré que le télétravail «concerne plus de 10.000 personnes par jour parmi les frontaliers, en enlevant bien entendu les métiers de services à la personne ou industriels», poursuit Pierre Cuny.

Deux entreprises 

En chiffres, le S-Hub représente un bâtiment de cinq étages, d’environ 450m² chacun. La surface de plancher totale est d’environ 2.250m². Les entreprises y ont deux étages dédiés afin que leurs salariés puissent débuter ou terminer leur journée de travail du côté français de la frontière. Un espace de coworking est disponible dans les trois autres étages. «Deux entreprises luxembourgeoises ont déjà pris un étage et demi pour leurs salariés», confie Pierre Cuny.

242492.jpg

Le bâtiment est visible depuis l’A31. (Photo: Paperjam)

Face à la demande des entreprises, «un permis de construire pour un S-Hub numéro 2 est quasiment en voie d’être déposé, l’emplacement le long de l’A31 est exceptionnel. Bien sûr, le télétravail est une des réponses partielles aux problèmes de mobilité, il en faudra d’autres, mais il fallait se lancer, il y aura un effet boule de neige!»

À partir de 17,33 euros la journée

Dans le cadre de la dernière convention fiscale signée en mars 2018 à Paris entre la France et le Luxembourg, le seuil de tolérance pour le télétravail est désormais de 29 jours. Pouvoir télétravailler une fois par semaine permet d’éviter, en moyenne et selon le trafic, deux heures de bouchons, soit, selon les calculs de la Sodevam, 12 jours travaillés en plus dans l’année ou 8h45 de vie privée supplémentaire chaque mois.

En ce qui concerne les tarifs du S-Hub, pour les entreprises, ils démarrent à 17,33 euros la journée.

242334.png

Différents tarifs sont proposés aux entreprises. (Photo: Capture d’écran / Sodevam)