PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

carte blanche

«Le rôle crucial des banques pour un monde plus durable»



252025.jpg

Selon Damien Degros, des centaines de milliards d’euros sont nécessaires pour atteindre les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat. (Photo: ING Luxembourg)

Après sa participation au 2e Sustainable Finance Forum le 26 juin, Damien Degros, head of wholesale banking d’ING Luxembourg, revient sur le rôle du secteur bancaire dans la conduite de la transition écologique.

Comme vous le savez certainement, notre atmosphère renferme aujourd’hui plus de gaz à effet de serre qu’il n’y en a jamais eu dans toute l’histoire de l’humanité, le niveau des mers augmente à un rythme jamais observé au cours des deux derniers millénaires, tandis que des records de température sont battus chaque année aux quatre coins du monde (1).

Il n’est désormais tout simplement plus possible de nier l’impact massif de l’activité humaine sur le dérèglement du climat. Même la réputée National Aeronautics and Space Administration (NASA) s’est tout récemment alarmée que, d’ici la moitié de ce siècle, l’océan Arctique pourrait être entièrement dégelé durant l’été.

En tant qu’entreprise et en tant qu’institution bancaire, nous sommes conscients de notre influence sur ces enjeux de société et du rôle crucial que nous devons endosser dans la transition vers un monde durable.
Damien Degros

Damien Degros,  head of wholesale banking ,  ING Luxembourg

En dépit des efforts déployés aux différents échelons de la société, nous devons constater que nous ne sommes pas encore en mesure d’éviter de telles catastrophes écologiques.

En tant qu’entreprise et en tant qu’institution bancaire, nous sommes conscients de notre influence sur ces enjeux de société et du rôle crucial que nous devons endosser dans la transition vers un monde durable.

Des centaines de milliards d’euros sont nécessaires pour embrasser efficacement les objectifs fixés par l’accord de Paris sur le climat. C’est là que nous intervenons. En effet, le «business as usual» n’est dorénavant plus envisageable, et au-delà des mots, ING s’implique par des actions concrètes et fortes dans la lutte contre le changement climatique.

Le projet «Terra», dont l’objectif pour ING est de mesurer l’impact de son portefeuille de crédits et sa compatibilité avec l’aspiration de maintenir le réchauffement climatique sous la barre des deux degrés d’ici la fin du 21e siècle, illustre parfaitement la priorité que nous mettons pour soutenir la transition vers un monde durable.

Le réchauffement climatique se dévoile comme un facteur de risques considérables pour nos clients.
Damien Degros

Damien Degros,  head of wholesale banking ,  ING Luxembourg

Les dirigeants d’ING ont pris des engagements forts, afin de positionner notre entreprise comme une banque impliquée dans la lutte contre le changement climatique. Cette volonté et ces valeurs sont transmises à travers l’ensemble du groupe. ING au Luxembourg s’engage également à accompagner l’écosystème local vers un futur toujours plus vert.

Le réchauffement climatique se dévoile comme un facteur de risques considérables pour nos clients. Notre but est de transformer ces risques en opportunité, en guidant nos clients tout au long de cette transition. En effet, une entreprise dont le business model s’inscrit dans un caractère durable devient une entreprise innovante qui augmente, selon nous, ses chances de réussite. Il ne s’agit pas d’une démarche caritative, mais réellement d’une opportunité profitable et prometteuse pour l’ensemble des parties prenantes.

Ces valeurs portées par ING se caractérisent concrètement par une volonté politique et économique de développer de nouvelles offres de produits et services à destination des petites et grandes entreprises locales qui développeront l’ambition d’optimiser leur impact environnemental.

Par la création de solutions sur mesure, et la stimulation de la cocréation, ING au Luxembourg fait de cette transition vers un monde plus vert, plus propre et plus durable une priorité tout simplement incontournable.

(1) Voir les bulletins de l’Organisation météorologique mondiale sur les gaz à effet de serre ou encore les rapports du GEIC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat).