PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Stratégies d’investissement

Robeco rempile pour la planète en 2022 



Décarbonation, biodiversité, parité et soutien aux milieux sensibles sont au cœur de la stratégie d’investissement de Robeco pour 2022. (Photo: Shutterstock)

Décarbonation, biodiversité, parité et soutien aux milieux sensibles sont au cœur de la stratégie d’investissement de Robeco pour 2022. (Photo: Shutterstock)

Le gestionnaire d’actifs néerlandais poursuit son objectif d’investissements ESG en 2022 en mettant l’accent sur le zéro carbone – surtout dans le secteur immobilier – et la préservation des ressources.

L’équipe Actionnariat actif de Robeco revoit chaque année les thèmes sur lesquels elle mettra l’accent durant trois ans. Ces derniers servent ainsi de fil directeur pour les votes et le dialogue actionnarial dans les entreprises dans lesquelles Robeco détient des actions ou obligations. Les critères ESG sont cette année encore au cœur de l’objectif et déclinés en quatre thèmes d’engagement: «zéro émission nette»; «gestion des ressources naturelles: l’eau et les déchets»; «diversité, égalité et inclusion»; et «Nature Action 100».

La neutralité carbone faisait déjà partie des objectifs fixés par Robeco en décembre 2020. La société renouvelle donc cette ambition, qui se traduisait par la réduction des émissions des portefeuilles et le lancement de stratégies obligataires climat (vertes) alignées sur les objectifs de l’accord de Paris. «Ce thème d’engagement, dans le prolongement de celui lancé en 2020, met l’accent sur les sociétés émettant énormément de carbone qui ont fait des progrès, mais sont encore en retard dans leur transition vers le ‘zéro émission nette’», affirme Carola van Lamoen , directrice de l’investissement durable chez Robeco. Une sélection de type «best in class» est donc opérée parmi les entreprises figurant dans la zone orange du système de feux de signalisation, par opposition aux entreprises de la zone rouge, qui risquent de manquer leur transition.

Dans un article du 3 janvier publié sur son site web, Robeco fait part de sa déception de ne pas voir davantage les acteurs se mobiliser vers la décarbonation, surtout ceux du secteur immobilier (hôtellerie et complexes touristiques en tête). La crise sanitaire et les confinements de 2021 ont laissé vides de nombreux locaux une partie de l’année. Or, les scores d’empreinte carbone des entreprises du secteur immobilier suivies par Robeco n’ont que très peu baissé (-6% en 2020), ce qui indique qu’elles ont peu changé leurs habitudes, compte tenu de la situation exceptionnelle qui était propice à des remaniements. Selon l’auteur de cet article, Folmer Pietersma , portfolio manager chez Robeco, «bien qu’une réduction de 6% des émissions absolues de carbone corresponde à la trajectoire prévisionnelle de la décarbonation que l’immobilier coté devrait suivre pour réaliser les objectifs de l’accord de Paris, nous aurions pu nous attendre à une baisse beaucoup plus forte dans une année où l’économie s’est presque retrouvée paralysée pendant plusieurs mois. Ce constat illustre l’ampleur de la tâche qui attend ce secteur.» D’après l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’environnement bâti représente plus de 38% des émissions totales liées à l’énergie qui sont générées chaque année. Le fonctionnement des bâtiments, qui comprend le chauffage, la climatisation et l’éclairage, représente 28% des émissions mondiales, et les matériaux et la construction de bâtiments, généralement associés au carbone incorporé, représentent encore 11%.

Les sociétés immobilières dans le collimateur

Biodiversité et parité

En ce qui concerne la protection des ressources, Robeco ciblera en 2022 les entreprises confrontées à des problèmes d’exploitation des fonds marins et terrestres, l’émission de PFA (déchets issus d’alcanes perfluorés), le manque d’eau et les déchets agrochimiques et plastiques. Le volet social n’est pas oublié, avec l’objectif d’inclusion qui vise notamment la représentation des femmes à des postes à responsabilités, ou encore le lancement de requêtes auprès des entreprises pour mesurer la composition de leurs effectifs, la promotion, le recrutement, le taux de rétention du personnel et les pratiques en matière d’équité des salaires. Enfin, le dernier thème, «Nature Action 100», prend la forme d’une nouvelle collaboration visant à protéger l’environnement naturel en ciblant les biomes terrestres, marins et dulcicoles. Robeco s’engage notamment à mettre l’accent sur le déboisement, la surexploitation maritime et la pollution des espaces sensibles. Ce programme est étayé par de précédents travaux sur la biodiversité et s’inspire du partenariat Climate Action 100+, établi avec d’autres investisseurs.