PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

La reprise de la Place (6/10)

Le retour au bureau à la Spuerkeess



Grâce, notamment, à l’acquisition et à la transformation de l’ancien château Arbed, la Spuerkeess dispose de suffisamment de place pour disperser ses 1.884 employés dans les bureaux. (Photo: Jan Hanrion/Maison Moderne/archives)

Grâce, notamment, à l’acquisition et à la transformation de l’ancien château Arbed, la Spuerkeess dispose de suffisamment de place pour disperser ses 1.884 employés dans les bureaux. (Photo: Jan Hanrion/Maison Moderne/archives)

Les salariés de la place financière retrouvent progressivement le chemin du bureau. Chaque société fait au mieux pour coller aux principes de précaution sanitaire, en adaptant l’organisation des bureaux et en planifiant la présence des salariés. À la Spuerkeess, la priorité a été donnée aux fonctions commerciales pour assurer le lien avec la clientèle.

En mars, la place financière a mis la quasi-totalité de ses salariés au télétravail dans la précipitation, bon gré mal gré. L’ambiance de la reprise est l’exact opposé: le retour s’organise avec prudence et par étapes.

À la Spuerkeess, le retour à la normale se fait progressivement depuis le 11 mai, date programmée de réouverture des commerces. Depuis cette date, la plupart des agences fonctionnent à nouveau normalement et sans rendez-vous. Une manœuvre qui a ramené de plus en plus d’employés vers les bureaux.

«À l’heure actuelle, environ 40% de nos employés (1860, NDLR) sont présents au niveau des services centraux ou des agences», confirme Claude Hirtzig, directeur adjoint et chef du département Banque des particuliers et des professionnels. Une population qui a donc déjà doublé par rapport à la période de confinement.

Par contre, aucune échéance n’est fixée pour un retour complet des équipes au bureau. «L’objectif est de continuer à promouvoir le télétravail et diviser les équipes pour assurer le service même en cas de deuxième vague», poursuit le responsable de la Spuerkeess.

L’organisation mise en place

Au niveau du personnel, la priorité a été donnée au réseau d’agences et aux équipes commerciales, afin d’offrir plus de flexibilité à la clientèle. Pendant le confinement, les fonctions prioritaires avaient plutôt été celles liées à l’informatique, aux paiements et à la salle de marchés.

La conception des bâtiments fait que la banque dispose de nombreux bureaux individuels, ce qui permet d’assurer que chaque espace fermé ne soit occupé que par une seule personne. Une occupation de l’espace qui est devenue la règle sauf pour les bureaux de grande taille où les distances de sécurité peuvent facilement être respectées.

Les mesures les plus strictes sont prises pour recevoir la clientèle. (Photo: Spuerkeess)

Les mesures les plus strictes sont prises pour recevoir la clientèle. (Photo: Spuerkeess)

«Certaines équipes ont dû être déplacées et des bureaux ont été réorganisés, mais, globalement, vu la proportion des télétravailleurs, les changements ont été marginaux,» note Claude Hirtzig.

Les problématiques majeures

L’équipe la plus concernée par les changements a été le centre de services Spuerkeess Direct, qui accueille les clients par téléphone. Il a tenu un rôle central pendant la fermeture des agences, alors qu’il était encore en phase de lancement au début du mois de mars.

Ses équipes ont donc été considérablement renforcées par des employés qui ont été formés à distance. Ils travaillent depuis trois sites décentralisés ou en télétravail.