ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

STÉPHANIE HEIN (PÄIPERLÉCK)

«Rester une entreprise familiale»



265431.jpg

«Nous avons l’avantage d’être flexibles au niveau de la prise de décision, et de pouvoir lancer des projets très rapidement», explique Stéphanie Hein, directrice générale de la société Päiperléck. (Photo: Kapture SA)

Päiperléck, spécialisée dans les aides et les soins à domicile, fête cette année ses 10 ans, et a prévu de déménager son siège social de Berdorf à Canach. Les travaux doivent débuter à la fin de l’année 2020.

«Nous avons aujourd’hui 380 salariés dans tous les domaines, dont environ 230 soignants, et nous espérons continuer à nous développer ainsi dans le futur», explique Stéphanie Hein, directrice générale de Päiperléck.

L’entreprise familiale – le père de Stéphanie, Robert Hein, en est le fondateur et président du comité de direction, et sa sœur Isabelle est à la direction des soins – créée en 2009, et qui fête cette année ses 10 ans, a en effet de nombreux projets dans les cartons.

Déménagement du siège administratif

Une maison de retraite avec plus de 100 lits doit ouvrir à la fin de l’année 2020. Les travaux d’une future maison de retraite à Canach doivent débuter dans les prochaines semaines, «et nous allons déménager notre siège social dans cette même ville de Canach, avec des bureaux pour environ 40 personnes travaillant dans l’administration», ajoute Stéphanie Hein.

Les travaux du futur siège devraient débuter fin 2020 ou début 2021. L’investissement consenti n’est pas dévoilé par la directrice générale. «Nous venons tout juste de déménager notre siège administratif à Wormeldange, mais dans des locaux en location. Nous construirons notre futur siège à Canach.»

500 clients

Forte de son développement, l’équipe administrative s’était retrouvée à l’étroit au sein de son site de Gonderange. «Les postes administratifs ont doublé, pour atteindre un effectif de 30 personnes.»

Actuellement, Päiperléck compte près de 500 clients, au sein de ses quatre maisons de retraite (Esch-sur-Alzette, Rodange, Beaufort et Schengen), et en soins à domicile. L’entreprise possède également quatre foyers de jour (Bettembourg, Beaufort, Esch-sur-Alzette, Rodange) et des bureaux de soins à domicile.

La problématique du recrutement

«Nous avons également mis en place le ‘Nuets Päiperléck’, qui est une assistance de nuit pour nos clients», ajoute Stéphanie Hein, «ainsi que les lits de vacances pour des besoins ponctuels».

Le chiffre d’affaires de l’entreprise n’est pas communiqué. «Les soins sont notre cœur de métier, avec des postes d’infirmières, aides-soignantes, kinés, ergothérapeutes, éducatrices, etc.», ajoute la directrice générale. Comme dans beaucoup de secteurs au Luxembourg, la pénurie de talents est une problématique pour la société.

Une flexibilité dans la prise de décision

«Nous recrutons beaucoup à l’étranger, auprès de la population frontalière, mais dans le secteur des soins, il y a l’obligation de parler luxembourgeois, nous avons donc décidé il y a quelques mois de mettre en place des cours de langue pour tout notre personnel, soignant ou non», insiste Stéphanie Hein.

La clientèle de Päiperléck étant majoritairement constituée de personnes âgées, plus à l’aise avec le luxembourgeois, pouvoir échanger dans leur langue est un atout pour les salariés de la société.

Päiperléck se définit donc avant tout comme une entreprise «familiale, et nous voulons le rester. Nous avons l’avantage d’être flexibles au niveau de la prise de décision, et de pouvoir lancer des projets très rapidement», conclut Stéphanie Hein.