LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

Accès exclusif (3/10)

La résidence de l’ambassadeur américain



Conçue par l’architecte luxembourgeois Gust Schopen, la résidence du chef de mission américain basée au Limpertsberg a été construite en 1922. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

Conçue par l’architecte luxembourgeois Gust Schopen, la résidence du chef de mission américain basée au Limpertsberg a été construite en 1922. (Photo: Romain Gamba/Maison Moderne)

La résidence de l’ambassadeur américain au Grand-Duché a été construite il y a plus de 100 ans. Elle fait partie des lieux mis à l’honneur lors des Journées du patrimoine, qui débutent en septembre.

Après le départ du dernier ambassadeur, Randy Evans , originaire de Géorgie, la résidence attend l’arrivée du prochain ambassadeur des États-Unis au Luxembourg, qui n’a pas encore été annoncée. Au fil des années, la résidence a accueilli un large éventail de personnes, dont John E. Dolibois, originaire de Bonnevoie et qui a interrogé un grand nombre de criminels nazis lors des procès de Nuremberg, ainsi que Perle Mesta, «l’hôtesse qui a le plus de succès». Patricia Roberts Harris est également entrée dans l’histoire en devenant la première femme afro-américaine à occuper le poste d’ambassadeur des États-Unis, nommée pour la mission du Luxembourg en 1965 par Lyndon Johnson, tandis que James Hormel a été le premier homosexuel à être nommé ambassadeur par le président Bill Clinton en 1997.

Comme l’a déclaré l’actuel chargé d’affaires Casey Mace: «Nous sommes très fiers de la résidence et honorés de disposer d’un lieu aussi beau et riche en histoire, qui témoigne de la persistance des liens étroits entre nos deux pays et de notre engagement commun en faveur de la liberté, de l’égalité et de la justice.»

Importance dans l’histoire du Luxembourg

La «maison de maître» a été construite en 1922, conçue par l’architecte luxembourgeois Gust Schopen, des décennies avant que le pont Grande-Duchesse Charlotte (le «Pont Rouge») ne relie le Kirchberg et le Limpertsberg. Selon les documents de l’ambassade des États-Unis, le terrain sur lequel se trouve aujourd’hui la résidence a été acheté par le Belge Alfred Lefevre et son épouse, Albertine Reckinger, bien que le couple n’ait jamais vécu dans la maison. En 1929, la famille a vendu le domaine au gouvernement allemand pour qu’il l’utilise comme ambassade. En 1933, il est passé aux mains du Reich allemand, accueillant un certain nombre d’officiers nazis après l’invasion du Grand-Duché en mai 1940 – le plus tristement célèbre étant le chef SS Heinrich Himmler, «le plus radical des radicaux d’Hitler… un infatigable conducteur de la mort, dont le nom sera à jamais associé à l’Holocauste», selon Der Spiegel .

Avant la libération de la ville de Luxembourg par l’armée américaine le 10 septembre 1944, les nazis restants et le «Gauleiter» (gouverneur) allemand Gustav Simon ont fui les lieux, mais pas avant d’avoir tenté de détruire la remise à calèches adjacente. Ils n’y parvinrent pas, et le site sert aujourd’hui de chancellerie aux États-Unis.

George Platt Waller, qui avait été consul et chargé d’affaires des États-Unis à partir de 1931 mais avait été expulsé en 1941, a ensuite racheté la maison au gouvernement luxembourgeois (par l’intermédiaire duquel un bureau de séquestre avait géré les biens et propriétés confisqués à l’ancien Reich) pour 6.800.000 francs (environ 2 millions de dollars).

L’emblématique Perle Mesta a ensuite occupé le poste de ministre chef de mission des États-Unis de 1949 à 1953. (Un porte-parole de l’ambassade américaine confirme que, techniquement, elle n’était pas ambassadrice; à l’époque, le chef de mission portait le titre de ministre). L’esprit vif de Perle Mesta et ses fêtes mensuelles contribuaient à égayer le moral des GI au Grand-Duché. La comédie musicale «Call Me Madam» d’Irving Berlin s’inspire d’elle.

Si Perle Mesta a été la première à y servir – ses souvenirs du Luxembourg sont filmés dans la vidéo ci-dessous –, les deux derniers occupants de la maison ont également été heureux de partager leurs souvenirs…

«Ce n’était pas seulement une maison pour nous»

L’avant-dernier ambassadeur américain au Luxembourg , David McKean , qualifie la maison de «grandiose». L’un de ses espaces préférés, pour lire les nouvelles, était le bureau, dont le canapé était «le lieu de repos préféré du ‘Diplocat’». Il révèle que son bureau comprenait des objets de la Seconde Guerre mondiale prêtés par le Musée national d’histoire militaire de Diekirch. «J’ai trouvé des photos encadrées surdimensionnées du président John F. Kennedy saluant la Grande-Duchesse Charlotte, et une autre du président Ronald Reagan rencontrant le Grand-Duc Jean que j’ai fait accrocher aux murs», raconte David McKean. «La pièce m’a toujours rappelé la relation étroite et l’histoire importante que partagent le Luxembourg et les États-Unis.»

Depuis la véranda, lui et sa femme Kathleen ont également assisté à la construction du funiculaire, un autre événement historique. Cette pièce était une autre de ses préférées: «Bien que le Luxembourg ne soit pas toujours ensoleillé, la véranda, avec ses nombreuses fenêtres, était une pièce merveilleuse pour observer le changement des saisons: parfois, notre vue était enveloppée de brouillard, mais à d’autres moments, nous pouvions voir le Kirchberg par-delà le ravin.» C’est là qu’il a également accueilli l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry après la randonnée à vélo de ce dernier avec le ministre des affaires étrangères Jean Asselborn (LSAP) et le cycliste luxembourgeois Andy Schleck.

Kathleen était également une passionnée de jardinage. «Le week-end, je la trouvais souvent sur le terrain de l’ambassade avec sa bêche et sa pelle pour planter des fleurs vivaces colorées. Elle a également planté des roses et des arbres fruitiers hérités en l’honneur du Luxembourg», ajoute M. McKean.

«La résidence n’était pas seulement une maison pour nous – c’était un foyer.»

Des fenêtres à pignon ornent le sommet de la résidence. Romain Gamba/Maison Moderne

1 / 12

Une roseraie près de l’entrée principale. Romain Gamba/Maison Moderne

2 / 12

La terrasse, où de nombreuses célébrations de la Fête de l’indépendance et autres ont eu lieu au fil des ans. Romain Gamba/Maison Moderne

3 / 12

Un sceau officiel des États-Unis. Romain Gamba/Maison Moderne

4 / 12

Bureau principal de la résidence. Ambassade des États-Unis au Luxembourg

5 / 12

Salle à manger principale. Ambassade des Etats-Unis au Luxembourg

6 / 12

Le solarium à l'arrière. Ambassade des Etats-Unis au Luxembourg

7 / 12

Des sacs de farine émis par les États-Unis font partie de la collection historique de l'ambassade. Ambassade des Etats-Unis au Luxembourg

8 / 12

La salle de séjour principale. Ambassade des Etats-Unis au Luxembourg

9 / 12

Le piano de la résidence. Ambassade des États-Unis au Luxembourg

10 / 12

L'escalier avec une vue sur le drapeau américain sur la mezzanine. Ambassade des États-Unis au Luxembourg

11 / 12

Chambre à coucher principale de la résidence. Ambassade des États-Unis au Luxembourg

12 / 12

Là où l’histoire de l’espace s’est écrite

Pour Randy Evans, dernier ambassadeur des États-Unis au Luxembourg, la résidence est «une belle maison avec beaucoup de caractère et d’histoire. Pendant mon mandat, nous avons beaucoup travaillé pour la moderniser afin qu’elle réponde aux exigences du 21e siècle et serve de lieu d’accueil pour les dirigeants du monde entier.»

Parmi ces dirigeants, citons la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui conduisait une délégation de la Chambre des représentants des États-Unis, l’ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich, des secrétaires de cabinet américains, des membres du Congrès et des juges de la Cour suprême, entre autres.

«La visite du secrétaire américain au commerce, Wilbur Ross, a vraiment lancé le bal lorsqu’il a rapporté aux États-Unis sa visite au Luxembourg qui incluait un séjour à la résidence», ajoute Randy Evans. Wilbur Ross s’est rendu en 2019 pour signer le protocole d’accord bilatéral sur l’espace qui, selon ses propres termes, «servirait de base à l’établissement d’une industrie spatiale mondiale commerciale stable et fiable», ouvrant ainsi la voie au Grand-Duché pour devenir l’un des huit premiers signataires des accords Artemis avec la Nasa.

Mais un souvenir de la résidence reste le plus marquant pour Randy Evans: la visite de Buzz Aldrin pour le 50e anniversaire de l’ alunissage d’ Apollo 11 . La veille de l’événement, les deux hommes avaient été rejoints par l’ancien vice-Premier ministre Étienne Schneider, entre autres. «Ce n’était pas formel», se souvient Evans. «L’événement ne s’est pas fait en grande pompe… le fait de se retrouver assis tous ensemble, émerveillés, à écouter un héros était incroyable.»

Des visites virtuelles de la résidence, axées sur la diversité, auront lieu en septembre et octobre dans le cadre des Journées européennes du patrimoine à Luxembourg. Pour plus d’informations et pour connaître le programme, visitez le site officiel .