ENTREPRISES & STRATÉGIES — Commerce

restrictions

La CLC demande la réouverture des commerces



Les commerces non essentiels sont tenus de rester fermés du 26 décembre au 10 janvier au moins. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

Les commerces non essentiels sont tenus de rester fermés du 26 décembre au 10 janvier au moins. (Photo: Romain Gamba / Maison Moderne)

La fermeture des commerces non-essentiels décidée du 26 décembre au 10 janvier bouscule certains projets, comme l’arrivée de Decathlon, qui est repoussée à février. La Confédération luxembourgeoise du commerce plaide pour une réouverture alors qu’un conseil de gouvernement a lieu mardi.

Rouvriront ou ne rouvriront pas? Réponse ce mardi puisqu’un conseil de gouvernement est programmé à cette date, et «la réouverture des commerces sera un sujet», indique sobrement le ministère de l’Économie.

Le Luxembourg a décidé de la fermeture des commerces dits non essentiels du 26 décembre au 10 janvier , après des mesures similaires prises dans les pays voisins avant les fêtes de fin d’année, ce qui avait créé un afflux de chalands au Grand-Duché .

Decathlon vise une ouverture en février

Mais qu’ils rouvrent ou non, certains commerces voient leur agenda perturbé par la décision du gouvernement. C’est le cas notamment de Decathlon, dont l’ouverture était attendue le 12 janvier prochain au sein du complexe Royal-Hamilius.

«Compte tenu du contexte sanitaire, l’ouverture est décalée à début février», confirme la responsable du futur magasin, Karine Blanc.

L’enseigne française d’équipements sportifs était déjà attendue en mai 2020 dans la capitale avec son concept «City», axé sur les petits produits et les animations, comme des courses à pied ou des cours de yoga organisés, le tout couplé à un système de retrait des produits commandés en ligne qui ne seraient pas disponibles dans les rayons du commerce de 630m2.

Monoprix suspendu aux annonces du gouvernement

Autre ouverture attendue dans le centre de la capitale, Monoprix se profile pour le 14 janvier au Knuedler . L’enseigne française peaufine en ce moment les derniers travaux de son magasin de 2.500m2 dédié à l’alimentation, avec notamment deux restaurants, mais aussi aux articles de convenance et de décoration.

«Étant donné qu’on a un magasin très orienté textile, maison et loisirs, on n’envisage pas de faire une ouverture avec un magasin fermé sur 60% de sa surface. On va prendre la décision d’ici mardi sur l’ouverture soit le 14, soit le 20 janvier, mais ça n’ira pas au-delà», confie Eliran Hagège, directeur associé de Monoprix au Luxembourg.

Notre attente et notre exigence sont clairement la réouverture dès le 11 janvier.
Nicolas Henckes

Nicolas Henckes,  directeur,  CLC

L’impatience et la soif de clarification se font donc sentir chez les commerçants, comme en témoigne aussi le directeur de la CLC, Nicolas Henckes : «Nous avons toujours estimé que la fermeture des commerces n’était pas nécessaire et inédite dans un contexte sanitaire stable, voire même en léger reflux. Cette décision de nature purement politique et médiatique n’était pas justifiée et nous avons tout fait pour l’empêcher. Donc notre attente et notre exigence sont clairement la réouverture dès le 11 janvier.»

D’autant que les soldes d’hiver étaient programmés pour débuter ce samedi 2 janvier. La fermeture des commerces a entraîné le report de l’événement, qui a débuté ce lundi chez nos voisins belges, tandis qu’ en Lorraine, les rabais se profilent pour le 20 janvier .