ENTREPRISES & STRATÉGIES
TECHNOLOGIES

Fintech Awards Luxembourg

«Une nouvelle dynamique est en marche»



conference_commission_europeenne_14_12_2012-71.jpg

Pour Jean-Paul Hengen, Luxinnovation, fintech et innovation vont de pair. (Photo: Jessica Theis)

Paperjam.lu a sollicité les parties prenantes impliquées dans la première édition des Fintech Awards Luxembourg, dont la grande finale sera célébrée le 21 juin chez KPMG, à l’initiative du concours. Jean-Paul Hengen, head of sector ICT et cluster manager du Luxembourg ICT Cluster au sein de Luxinnovation, évoque comment fintech et innovation vont de pair.

On pourrait voir le terme de fintech comme un «buzzword», un peu comme le «big data» ou l’«internet of things». Mais une chose sur laquelle tout le monde s’entend, c’est que les fintech présentent un potentiel majeur pour le pays et ses évolutions futures. Les fintech occupent d’ailleurs une place légitime au sein de l’initiative Digital Lëtzebuerg que je soutiens et à laquelle je participe. Je défends l’idée que le Luxembourg détient tous les atouts nécessaires pour offrir un espace propice au développement des fintech. Nous avons une belle place financière qui fonctionne et qu’il faut épauler pour que ses acteurs puissent continuer à briller.

Il est possible d’amener les solutions, mais pas de forcer l’utilisation.

Jean-Paul Hengen, Luxinnovation

Le tout est de savoir comment maintenir cet environnement favorable et quelles sont les niches à privilégier. C’est aussi une question d’état d’esprit. En termes de e-paiement par exemple, je vois plutôt le Luxembourg comme un «testbed». Nous avions un groupe de travail au sein du Luxembourg ICT Cluster et il convient de dire qu’il est possible d’amener les solutions, mais pas de forcer l’utilisation. Nous avons pu confirmer la technologie. L’objectif est maintenant de l’exporter vers des marchés prometteurs comme les pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud. À notre niveau, il faut aussi mettre l’accent sur d’autres technologies innovantes, du type blockchain, sur lesquelles nos acteurs pourront s’appuyer pour développer de nouveaux produits et services. Le SnT, par exemple, a déjà des compétences en la matière et nous appuierons et aiderons les autres partenaires qui souhaiteront se lancer dans cette technologie.

Les fintech, c’est aussi et souvent au niveau du back-office que cela se passe.

Jean-Paul Hengen, Luxinnovation

Quand on pense aux fintech, on pense souvent aux applications pour régler nos achats, mais les fintech, c’est aussi et souvent au niveau du back-office que cela se passe, c’est tout ce que l’on ne voit pas. L’essor des fintech amène selon moi d’autres révolutions comme la dématérialisation et l’authentification de tout ce qui peut s’échanger. Je pense aux monnaies, mais aussi aux contrats. Dans ce domaine, il y a beaucoup à faire, même énormément! Trop de choses sont encore faites manuellement, les méthodes mériteraient d’être dépoussiérées et automatisées. Les infrastructures sont présentes et performantes, le soutien gouvernemental et privé s’organise, la réponse se résume donc en un mot: l’expertise. Inutile de se comparer à des Places comme Londres ou Dublin. Trouvons plutôt des partenaires complémentaires avec des marchés similaires au nôtre comme Copenhague et le CFIR (Copenhagen Fintech Innovation and Research), par exemple, et appuyons-nous sur des success-stories en devenir, comme KYC3, Investify ou Governance.io. Nous devons continuer à mobiliser tous les acteurs de l’écosystème ICT et insuffler la création de projets prometteurs. Prochain rendez-vous pour identifier les talents qui se démarquent: les Fintech Awards Luxembourg de KPMG. J’ai pu avoir un aperçu des projets, certains sont ingénieux, même avant-gardistes.

Les défis restent les mêmes: protection, rapidité et simplicité.

Jean-Paul Hengen, Luxinnovation

Au Luxembourg, c’est le développement de nouvelles branches d’activités ou de nouveaux modèles de services qui fera sens et non ce qui existe déjà. Je fais d’ailleurs le lien direct avec la prochaine directive européenne PSD2 (annoncée pour le début de 2018), qui invitera les banques à repenser et à sécuriser leurs méthodes de gestion des paiements. Chez Luxinnovation, nous soutenons quotidiennement les sociétés à adapter leur business et à sauter le pas dans l’ère du digital. Ce coaching demande du temps, mais cet investissement est nécessaire. Une nouvelle dynamique est en marche, que ce soit au niveau des pouvoirs publics ou du secteur privé. Que l’on parle de fintech, de blockchain ou de regtech, les défis restent les mêmes: protection, rapidité et simplicité.