POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Un «Nagelxit» attendu



maggynagel.jpeg

Il y a un an, Xavier Bettel remplaçait la contestée Maggy Nagel au poste de ministre de la Culture. (Photo: Maison Moderne /archives)

Chaque jeudi, la rédaction de Paperjam.lu revient sur les événements ayant marqué l’actualité un an auparavant. Cette semaine, retour sur la démission de la ministre de la Culture et du Logement, Maggy Nagel.

Certains l’appellent le «Nagelxit». Le 16 décembre 2015, Maggy Nagel annonçait sa démission après deux ans de mandat chaotique à la Culture et au Logement. L’arrivée de l’ancienne bourgmestre de Mondorf-les-Bains au gouvernement n’avait d’ailleurs pas été vue d’un très bon œil. Sa nomination, en décembre 2013, avait choqué le monde culturel pour les limites de sa culture générale. Un manque de maîtrise également flagrant des dossiers sur le logement. 

Au cours de ses deux années de mandature, Naggy Nagel a en effet accumulé les fautes, à commencer par le très influent président du comité directeur du Fonds du logement, Daniel Miltgen, évincé par la femme politique au printemps 2015.

Le secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Marc Hansen, avait alors été appelé à la rescousse. Dès mars 2015, le Luxembourgeois prend ainsi le poste de secrétaire d’État au Logement avant d’être nommé ministre après la démission de Naggy Nagel.

Quant au ministère de la Culture, le nom du jeune député-maire de Mondorf-les-Bains, Lex Delles, est rapidement évoqué pour remplacer Maggy Nagel. Mais après le refus de ce dernier, c’est finalement le Premier ministre, Xavier Bettel, qui prend le relais et devient ministre de la Culture avec, à ses côtés, le député du Centre, Guy Arendt. Un mandat notamment marqué cette année par l’affaire Lunghi.