POLITIQUE & INSTITUTIONS

Transmettre le savoir

«Un environnement européen et international en mutation»



aurelia_lafontaine.jpg

Aurélia Lafontaine: «Je suis d’avis que la transmission de savoir aux générations plus jeunes est une des tâches les plus importantes dans notre société.» (Photo: Université de Luxembourg)

Paperjam.lu donne la parole à un étudiant de l’Uni pour connaître ses aspirations, ses ambitions... Son opinion au sujet du pays d’aujourd’hui, et de demain.

Prénom: Aurélia

Nom: Lafontaine

Nationalité: Luxembourgeoise

Âge: 23 ans

Éducation: Master en histoire européenne contemporaine

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre l’Uni?

«Ayant fait mon bachelor en histoire à l’Université de Liège, j’ai décidé de changer d’université pour réaliser mon master afin de faire l’expérience d’un autre environnement d’études. L’Université du Luxembourg, et en particulier le master en histoire européenne contemporaine, m’a paru être un excellent choix pour deux raisons principales. D’une part, le master est trilingue et permet à l’étudiant de s’exprimer en français, allemand et anglais. Je suis convaincue que la richesse des langues pratiquées au Luxembourg est un des plus grands atouts du pays et l’Université du Luxembourg donne à ses étudiants l’occasion d’en profiter. Par ailleurs, le caractère trilingue du master a pour conséquence logique que les cours n’étudient pas exclusivement l’histoire d’un pays, comme c’est souvent le cas dans les universités étrangères, mais adoptent une approche multinationale. Deuxièmement, outre une formation solide dans le domaine de l’histoire, le master en histoire européenne contemporaine propose une dimension consacrée aux 'digital humanities'. Même si l’utilisation de la technologie moderne pose parfois des défis, notre société actuelle est de plus en plus connectée et en ce sens, je suis d’avis que l’enseignement à l’Uni.lu me prépare parfaitement à mon avenir professionnel.

Quel sera ton projet professionnel au sortir de tes études?

«Après avoir terminé mes études, j’envisage de travailler dans l’enseignement secondaire en tant qu’enseignant d’histoire. En effet, je suis d’avis que la transmission de savoir aux générations plus jeunes est une des tâches les plus importantes dans notre société et j’aimerais y contribuer dans la mesure de mes capacités.

Souhaiterais-tu exercer cette profession au Luxembourg?

«En effet, j’aimerais exercer cette profession au Grand-Duché, notamment pour ne pas devoir renoncer à la pratique des multiples langues enseignées au Luxembourg.

Dans 10 ans, le Luxembourg sera…

«Je suis convaincue que le Luxembourg changera grandement dans l’avenir, parce qu’il évolue dans un environnement européen et international en mutation. La tâche du pays sera donc de redéfinir constamment son rôle au sein de ces différents systèmes.»