POLITIQUE & INSTITUTIONS

À la découverte de nouveaux horizons

«Poursuivre la diversification»



lareleve1712.jpg

Les études à l'Uni sont un moyen pour l'étudiant de mieux connaître le Luxembourg, voisin de son pays natal. (Photo: DR)

Chaque mercredi, Paperjam.lu donne la parole à un étudiant de l'Uni pour connaître ses aspirations, ses ambitions... son opinion au sujet du pays d'aujourd'hui, et de demain.

Nom: Ghesquière

Prénom: Maxime

Nationalité: Belge

Âge: 24 ans

Éducation: «Après mes études secondaires, j’ai profité du Plan Marshall pour suivre pendant six mois des cours de néerlandais à Anvers puis six mois à Toronto au Canada. Je suis ensuite revenu en Belgique pour passer un bachelor en géographie à Namur. J’ai ensuite voulu poursuivre mon cursus par un master qui me plaise, de préférence en anglais et si possible pour vivre dans un contexte cosmopolite pour découvrir d’autres cultures. J’ajoute que la possibilité d’effectuer un master combiné en géographie et aménagement du territoire en deux ans m’a plu.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre l'Uni? «Je voulais découvrir un autre cadre d’études. Je connaissais déjà Louvain-la-Neuve et Bruxelles puisque j’ai habité à Wavre. Ma candidature ici a été acceptée très rapidement. Je remarque que l’Uni fait beaucoup pour trouver de nouveaux étudiants avec un résultat intéressant puisque notre master brasse de nombreuses nationalités, ce qui est très enrichissant.

Quel sera ton projet professionnel au sortir de tes études? «J’aimerais effectuer un bachelor en guitare. Il est dispensé à Dublin. J’espère donc pouvoir compter en partie sur des financements européens pour le réaliser. Par après je verrai dans quel secteur je peux trouver un projet professionnel. Pourquoi pas travailler au sein d’une ONG, d’une institution européenne.

Souhaiterais-tu exercer cette profession au Luxembourg? «Je souhaiterais tout d’abord voyager un peu, avant de revenir probablement en province de Luxembourg, dans le secteur du Grand-Duché.

Dans 10 ans, le Luxembourg sera... «Tout dépendra de ce que les gens et les responsables politiques en feront. J’espère que le pays poursuivra sa diversification économique et gardera sa dynamique. Je pense que l’éducation est davantage prise au sérieux qu’en Belgique, notamment sur le plan des langues.»