POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Bénéfices en ricochet

Pour des bâtiments intelligents et ambitieux



francoisbausch_carteblanche.jpg

Si l'État doit montrer la voie en matière de rénovation énergétique, il doit aussi faire preuve d'audace pour les nouveaux bâtiments qu'il construit, estime François Bausch. (Photo: Julien Becker )

Dans la carte blanche qui lui est dédiée, François Bausch, ministre du Développement durable et des Infrastructures, plaide pour une politique ambitieuse pour concevoir des bâtiments publics qui soient exemplaires.

Si l’État se doit d’être exemplaire dans sa gestion, cette attitude passe aussi de plus en plus par une approche environnementale de l’ensemble de son patrimoine bâti. Grand propriétaire foncier directement et représenté dans de nombreuses entreprises paraétatiques, l’État peut et doit montrer la voie vers des bâtiments non seulement respectueux de l’environnement, mais aussi intelligents.

La grande conférence sur le climat qui se déroulera en décembre prochain à Paris – durant la présidence luxembourgeoise du Conseil de l’Union européenne – doit pousser les décideurs publics à être ambitieux en matière d’objectifs à atteindre. Un agenda à moyen terme est envisageable, mais des actions concrètes doivent être prises sur le terrain, au jour le jour. La flexibilité et les chemins courts propres au Luxembourg et qui bénéficient à divers secteurs de l’économie doivent, dans ce cas aussi, être des atouts.

Dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques et le réchauffement global, l’efficience énergétique et l’énergie alternative ont un rôle encore plus prépondérant dans la façon de bâtir.

Nous devons exploiter toutes les pistes en vue de construire des bâtiments efficients d’un point de vue énergétique, intégrant le concept d’économie circulaire lors de leur construction et démolition, tenant compte des dernières technologies pour in fine, devenir «intelligents». 

Les nouvelles constructions peuvent d’ores et déjà être réalisées avec des consommations d’énergie fossile réduites à zéro. L’Administration des bâtiments publics poursuit à cet égard deux projets-pilotes, à savoir le nouveau bâtiment administratif pour l’Administration de la nature et des forêts à Diekirch, bâtiment déjà achevé, et le Lycée technique pour professions de santé à Ettelbruck, actuellement en phase d’études, qui sont réalisés suivant le concept à énergie positive. 

Partager les «best practices» 

En étant le moteur de nouveaux chantiers ou en rénovant son parc immobilier, l’État joue un rôle très important dans la recherche de nouvelles pistes et dans le gain d’expériences, de «best practices». Ce rôle de l’État se conçoit aussi pour permettre au secteur privé, qui ne dispose pas toujours des moyens nécessaires de profiter de ces retours d’expériences. La mise en place de structures telles que Neobuild, adossée à l’Institut de formation sectorielle du bâtiment, est une illustration de cet état d’esprit. Cette initiative permet d’ailleurs au Luxembourg de se positionner à l’international comme précurseur d’un tel laboratoire grandeur nature pour tester les nouvelles techniques du bâtiment.

La voie indispensable de la durabilité ainsi que de la performance environnementale et énergétique des bâtiments entrera en vigueur dès 2017 avec un critère passif pour les nouveaux bâtis. Nous devrons aussi poursuivre le soutien aux particuliers dans la rénovation de leur habitation plus ancienne.

De la vision… et de l’audace

Si nous devons faire preuve de vision, nous devons la conjuguer avec une certaine audace. C’est pourquoi je renouvelle mon idée de concevoir, sur le site de Belval, symbolique de la reconversion de notre pays, un bâtiment «intelligent» dans le contexte du Cluster des techniques environnementales.

Ce bâtiment phare serait le fruit de la recherche publique, tout en profitant au secteur privé qui serait à l’ouvrage pour sa construction.

Le secteur environnemental et le secteur des technologies IT étant de plus en plus liés, ce qui est parfaitement visible à Belval, cette synergie, cette union doit être reflétée dans ce bâtiment phare qui conviendrait si bien à l’Université. À l’image de celui de Google. Un bâtiment qui hébergerait des chercheurs et attirerait donc aussi de la «matière grise». Tout en renvoyant l’image d’un pays qui poursuit sa diversification économique.