POLITIQUE & INSTITUTIONS

«Je cherchais à dynamiser mon parcours»



nicolas_casuccio_unilu_paperjam.jpeg

Nicolas Casuccio a étudié à Nancy et à Sienne, et suit maintenant le master en gouvernance européenne à l’Uni. (Photo: Université du Luxembourg)

Paperjam.lu donne la parole à un étudiant de l'Uni pour connaître ses aspirations, ses ambitions... Son opinion au sujet du pays d'aujourd'hui, et de demain.

Prénom: Nicolas 

Nom: Casuccio

Nationalité: française 

Âge: 29 ans

Éducation: «Après un bac scientifique en spécialité SVT en France, je suis allé à la faculté de Lettres de Nancy. J’en suis ressorti avec un DEUG en LEA (langues étrangères appliquées) spécialité affaires et commerce. Puis, je me suis spécialisé en commerce international et ai préparé,à l’IUT Nancy Charlemagne, une licence professionnelle en alternance en management des achats et des ventes à l’international (Mavi). Après l’obtention de ma licence, je suis parti à Sienne pour préparer un master en gestion des administrations, en me spécialisant dans le domaine public.

Après une expérience professionnelle internationale de cinq ans, j’ai décidé de reprendre mes études et j’ai commencé en septembre 2015 le master en gouvernance européenne ici, à Luxembourg.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre l’Uni? 

«Je cherchais à dynamiser mon parcours et étais à la recherche d’une formation de niveau master tournée vers des compétences internationales, mais qui correspondent à mes valeurs et à ma vision de la vie. Je souhaitais me former en Europe. Beaucoup de possibilités s’offrent aux étudiants. L’Université est unique sur plusieurs points: son ancrage culturel dans l’Europe, son multiculturalisme, son positionnement stratégique, son potentiel de développement. L’Uni est une institution qui investit beaucoup dans ses étudiants. Le nouveau campus en est la plus brillante démonstration. L’équipe enseignante est à la pointe en matière de recherche dans les différents domaines de spécialité concernés. Il y a aussi l’aspect culturel, je l’ai déjà dit. Je suis de Nancy, ma femme est Brésilienne. Le Luxembourg fait partie de la Grande Région où j’ai grandi. Par ailleurs par son histoire c’est un pays qui synthétise beaucoup de mon parcours de vie. La présence italienne, la culture lusophone, la proximité avec les trois partenaires européens France/Allemagne/Belgique, est un pont culturel permanent entre découverte et redécouverte.

Quel sera ton projet professionnel au sortir de tes études?

«Je souhaite mettre à profit mon expertise dans le domaine de l’agroalimentaire et mon profil commercial avec les nouvelles compétences que je suis en train d’acquérir pour promouvoir et défendre les intérêts du secteur de l’alimentaire au niveau européen. Bref, j’aimerais devenir lobbyiste.

Souhaiterais-tu exercer cette profession au Luxembourg?

«Le Luxembourg est une place stratégique majeure pour bon nombre d’entreprises, et bien sûr au niveau institutionnel. Je mets en place beaucoup d’énergie pour offrir un profil compétitif sur le marché du travail luxembourgeois. Ici les conditions sont très bonnes sur différents aspects. Oui, j’aimerais bien vivre ici! Je crois que le Luxembourg offre une opportunité de carrière et de vie. 

Dans 10 ans, le Luxembourg sera…

«J’ai envie de commencer par dire ce que le Luxembourg est déjà! C’est-à-dire une rencontre culturelle, une liberté d’entreprendre, de créer, d’apprendre et de se former, mais aussi une tradition, un patrimoine. Je dirai dans une projection à 10 ans; très courte finalement, que le Luxembourg sera encore plus une place incontournable de la recherche et de l’investissement concernant l’Université.

La position stratégique du pays permettra, comme cela a déjà été le cas dans le passé, une opportunité de concrétisation de l’intégration européenne. Le Luxembourg est un modèle, et sera à plus forte raison dans 10 ans pris comme modèle d’intégration européenne. Les professionnels, chercheurs, et visiteurs du Luxembourg et de l’Université permettront un rayonnement sans cesse plus grand à l’échelle mondiale.»