COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Quentin Ghysens

«J’ai à cœur de participer au développement du Luxembourg»



quentin_ghysens.jpg

Quentin Ghysens rêve d'être professeur à l'université. (Photo: Université du Luxembourg)

Paperjam.lu donne la parole à un étudiant de l'Uni pour connaître ses aspirations, ses ambitions... son opinion au sujet du pays d'aujourd'hui, et de demain.

Prénom: Quentin

Nom: Ghysens

Nationalité: Luxembourgeois

Âge: 24

Éducation:

«Après un parcours scolaire effectué au Luxembourg, j’ai opté en 2012 pour le bachelor en sciences et ingénierie à l’Uni. Très intéressé par la mécanique et plus particulièrement par la technologie laser, j’ai décidé de continuer mes études et suis actuellement en deuxième année du master of Science in Engineering - Sustainable Product Creation. Pendant ces années de formation, j’ai eu l’opportunité non seulement de travailler au sein du laboratoire Laser Technology Competence Center à l’Université du Luxembourg, mais également au sein de plusieurs sociétés telles que Rotarex, ce qui m’a permis de mettre en application les connaissances acquises et de découvrir le monde de la recherche publique et privée.

Pourquoi as-tu choisi de rejoindre l’Uni?

«Avant de décider dans quelle université j’allais réaliser mes études, j’ai mené une étude comparative et j’ai finalement choisi l’Université du Luxembourg pour plusieurs raisons: la proximité, les ressources et la nouveauté du master. Lorsque je veux voir un prof, je vais dans son bureau et il me répond tout de suite alors qu’en Allemagne, il faut prendre rendez-vous et attendre plusieurs semaines, le temps d’oublier la question! Les ressources allouées pour les projets sont plus importantes, ce qui n’est pas négligeable! Et puis, je fais partie de la première promotion du master, certes j’ai pris un risque, mais je suis en même temps fier d’être un des pionniers de ce master!

Quel sera ton projet professionnel au sortir de tes études?

«Mon rêve est de devenir prof à l’université, mais ce qui me semble plus réaliste dans un premier temps, c’est la création de ma propre société. L’idée est de fournir un service innovant dont les gens auront besoin dans quelque temps, mais ils ne le savent pas encore! Dans tous les cas, j’envisage de poursuivre mon master par un doctorat.

Souhaiterais-tu exercer cette profession au Luxembourg?

«Dans l’idéal, oui, mais je suis prêt à m’adapter et à partir à l’étranger si besoin. Toutefois, j’ai à cœur de participer au développement du Luxembourg.

Dans 10 ans, le Luxembourg sera…

«… beaucoup plus évolué dans le domaine de l’ingénierie mécanique, les compétences seront plus développées qu’aujourd’hui, en particulier au niveau de la recherche. L’Uni sera également davantage reconnue.»