ENTREPRISES & STRATÉGIES

Elisa Da Silva – DS Compliance

«Il faudrait une meilleure répartition des aides»



img_0692.jpg

Elisa Da Silva: «Avoir des clients satisfaits et fidèles est la meilleure des gratifications.» (Photo: DR)

Chaque mardi, Paperjam donne carte blanche à un entrepreneur, dans laquelle il évoque la manière dont il considère l’entrepreneuriat, les mesures qui pourraient être prises en faveur de celui-ci et un fait d’actualité qui l’a marqué. Aujourd’hui: Elisa Da Silva, fondatrice et directrice de DS Compliance.

Madame Da Silva, vous dirigez aujourd’hui DS Compliance. Quels sont vos arguments pour convaincre plus de monde à devenir entrepreneur?

«Pour convaincre les entrepreneurs en herbe, je peux vous faire part de ma propre expérience: je n’ai jamais été aussi heureuse que depuis que j’ai créé ma propre entreprise.

Cela m’a ouvert des portes en termes de réseau et de contacts que j’ai pu multiplier. Ce n’est pas sûr que je sois arrivée au même résultat en étant employée.

L’entrepreneuriat c’est la liberté, l’improvisation et le challenge au quotidien; c’est un stimulant. Avoir des clients satisfaits et fidèles est la meilleure des gratifications.

Et je dirais pour conclure, être entrepreneur en faisant ce que l’on aime, ce n’est plus un labeur, mais une passion. Convaincus?

Quelle proposition concrète voudriez-vous formuler au gouvernement pour favoriser l’émergence de nouvelles entreprises au Luxembourg?

«Je suggère au gouvernement luxembourgeois de veiller à une meilleure répartition des aides et des financements aux entrepreneurs.

Dans le cas de DS Compliance, créée il y a près de deux ans, je n’ai bénéficié d’aucune aide. Mon projet n’étant ni fintech ni innovateur, il n’a intéressé personne. Mais cela ne m’a pas empêchée d’avancer... En revanche, cela peut freiner certains, je pense.

Peut-être faudrait-il penser à un meilleur équilibrage de l’allocation des aides par type et secteur d’activité. 

Qu’avez-vous retenu de l’actualité de ces derniers jours? Quel événement vous a plus particulièrement marquée? Et pourquoi?

«Je ne vais pas être originale en évoquant le Brexit. L’annonce des résultats a été une vraie onde de choc: j’étais persuadée que le Royaume-Uni allait rester dans l’Union européenne... C’était sous-estimer le mécontentement d’une partie du peuple britannique à l’égard de l’Union européenne. Je pense que ce mécontentement est général malheureusement au sein de l’Union.

Finalement, ce coup de tonnerre va permettre aux gouvernements de se remettre en question et de repenser les fondements de l’Europe et surtout redonner la voix au peuple, je l’espère en tout cas.»