COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Employer Branding, pour recruter et garder



Claude Nesser  (Photo: archives paperJam)

Claude Nesser (Photo: archives paperJam)

Alors que plus d’une entreprise éprouve des difficultés à recruter ou à conserver ses talents, des agences constatent que l’Employer Branding reste un parent pauvre de la communication.

L’agence Dete/Mad about Soul a proposé récemment, en partenariat avec l’agence Markenmut de Trêves, une conférence à Luxembourg dont le thème principal était: «Pourquoi l’Employer Branding est-il devenu plus complexe qu’une simple annonce de recrutement dans le quotidien du samedi?»

Derrière la provocation communicante, se cache une réalité, que souligne Claude Nesser (Dete/Mad about Soul): «Alors que des foyers de luttes se sont déclarés ci-et-là ces derniers temps, il y a fort à parier que le Luxembourg sera, dans un proche avenir, également touché par la guerre des talents ».

Cela peut être un esprit d’émulation, où chacun espère attirer les meilleures recrues en sa structure pour mieux se démarquer de la concurrence. «De prime abord, on pourrait penser que cette problématique est strictement liée au domaine du recrutement. Et pourtant, il n’en est rien», poursuit Claude Nesser.

Ainsi, la conférence a montré que le positionnement d’une «marque employeur» ne peut s’envisager sans tenir compte de la fidélisation indispensable des forces internes les plus compétentes.  C’est peut-être le seul moyen pour une entreprise de garantir son évolution et sa pérennité.

Du coup, de nombreux dirigeants d’entreprise sont pétris de regrets lorsqu’ils constatent le départ d’un collaborateur clé vers un emploi plus «séduisant», parfois à l’État, parfois (ce qui est pire) chez leur «meilleur concurrent».

Claude Nesser et Bernd Neisen (Markenmut) sont pleinement conscients de la problématique liée à l’embauche de la «génération Y» mais ils vont plus loin. Ils ont notamment  sensibilisé l’audience sur le fait que développer sa marque employeur n’est pas une question inhérente au seul département des ressources humaines. Pour les deux professionnels, la direction générale et la «Corporate Communication» doivent non seulement intégrer les débats mais aussi «supporter, accompagner et participer pleinement à la mise en place d’un positionnement qui saura attirer les meilleurs profils au sein de leur structure».