COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Carte blanche (2/8)

De la mise en scène au miracle



carteblanchephoto_nader.jpg

(Photo: Nader Ghavami / archives Paperjam)

À l’occasion de la fin d’année, Paperjam a laissé une carte blanche à ses collaborateurs photographes réguliers. Ils partagent avec vous l’impression laissée par une photo réalisée pour Paperjam. Dans l’envers de l’objectif. Suite de la série avec Nader Ghavami.

J’ai choisi cette photo car elle représente pour moi un des aspects les plus fantastiques de la photographie, quand vous tombez au bon moment pour accueillir la proposition du hasard... 

C’était un samedi matin et je devais faire une photo d’un vélo électrique. Comme c’est souvent le cas dans la presse, le timing était très serré et la photo à consigner avant lundi. Or, il faisait un peu froid et pas un seul cycliste à l’horizon... J’avais trouvé un beau décor avec une belle lumière, mais rien ne se passait! Je commençais à désespérer quand soudain, un monsieur avec un beau vélo électrique est sorti de la rue derrière moi. Mais ne le voyant pas arriver, pas de photo.

Alors je l’ai appelé spontanément et il s’est arrêté, je lui ai expliqué mon dilemme et lui ai demandé s’il voulait bien repasser encore une fois devant moi, ce qu’il a gentiment accepté. 

Lors de son passage et au moment de la prise de vue, une sorte d’alignement intéressant s’est produit par hasard: aucune voiture n’est passée à ce moment-là, mais une moto au deuxième plan et un autre vélo au troisième plan. 

C’était formidable, une photo que j’avais par dépit choisi de mettre en scène s’est transformée tout de même en un instantané pris sur le vif!


Nader Ghavami