PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

La finance durable, une tendance qui s’accélère dans le private equity?

«Rendement et durabilité: le Private Equity responsable»


Retour au dossier

Quoi de plus logique, lorsque vous investissez dans une entreprise pour une durée importante, généralement de quatre à huit ans, que d’intégrer dans votre décision des critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance? Vous diminuerez votre risque. Une véritable tendance de fond, pas juste une mode passagère.

Comment expliquer l’engouement pour la finance durable en Private Equity?

L’évolution de la clientèle du Luxembourg, dont le patrimoine moyen a considérablement évolué en une décennie, requiert une offre de services plus étoffée que par le passé. La présence accrue des Family Offices y est aussi pour quelque chose.

Mais cet engouement est surtout lié à une tendance beaucoup plus fondamentale: nos clients cherchent  davantage à concilier rentabilité et durabilité.

L’intérêt du Private Equity parmi la clientèle privée n’est plus à démontrer. Pour les clients prêts à composer avec les contraintes de liquidité liées aux durées d’investissement plus longues, cette classe d’actifs s’est avérée être un excellent complément aux actifs cotés, dégageant souvent une surperformance significative. En cette période de taux historiquement bas, les obligations paraissent de moins en moins attractives, et ces mêmes taux favorisent les opérations à effet de levier, une des composantes essentielles du rendement des fonds de Private Equity. Enfin, les valorisations d’entreprise sont historiquement élevées. Un scénario idéal quand vous êtes déjà investi.

Nos clients souhaitent contribuer au développement d’entreprises responsables, trouver un sens à la finalité de leur investissement.
Alexandre Schmitz

Alexandre Schmitz,  Head of Business Development (Private Banking),  Banque Degroof Petercam Luxembourg

Derrière cette notion de finance durable ou responsable qui vise à intégrer des critères environnementaux, sociaux et de bonne gouvernance, en plus des critères d’analyse purement financière, on retrouve une même aspiration: la recherche d’investissements dont la finalité ne serait pas uniquement financière. Nos clients souhaitent contribuer au développement d’entreprises responsables, trouver un sens à la finalité de leur investissement, et donc améliorer en quelque sorte le monde qui nous entoure.

Quelle devrait être la réponse des banques privées face à cette demande?

Les banques doivent donc être capables d’identifier des projets à forte valeur ajoutée parmi l’univers de plus en plus large des fonds de Private Equity. En 2019, on parle de plus de 2.500 fonds.

Mais il ne s’agit pas seulement de détecter les meilleurs projets, il faut aussi être capable de pouvoir disposer d’une fenêtre de liquidité car l’argent ne manque pas pour les fonds «best in class». Sans capacité de placement suffisante, vous ne convaincrez aucun acteur. Cette mobilisation de l’épargne requiert aussi de pouvoir monter le véhicule adéquat, ainsi que la parfaite maîtrise de la législation liée à l’investisseur qualifié. Il est donc indispensable pour une Banque qui souhaite se positionner sur ce créneau, de disposer d’une expertise importante en interne.

Identifier des acteurs de niche, avec de fortes spécialités, comme par exemple l’impact investing.
Alexandre Schmitz

Alexandre Schmitz,  Head of Business Development (Private Banking),  Banque Degroof Petercam Luxembourg

Il faut aussi pouvoir sortir parfois des sentiers battus par les grands fonds, et identifier des acteurs de niche, avec de fortes spécialités, comme par exemple l’impact investing, qui combine rendement et impact social ou environnemental.

Y a-t-il un manque à gagner à être ESG compliant?

Au contraire. En mesurant mieux les risques opérationnels d’une entreprise et en sensibilisant son management aux pratiques d’une bonne gouvernance, on constate que ces critères permettent même d’assurer à l’entreprise une forme de résilience, et donc de générer une surperformance à long terme par rapport aux compétiteurs moins soucieux des critères extra-financiers. Avec le développement des réseaux sociaux, les entreprises sont beaucoup plus sensibles à leur réputation, leur image de marque.

En tant qu’acteur économique, et dans son rôle d’intermédiation entre l’épargne et le financement de l’économie, le Banquier a une responsabilité sociétale importante. En intégrant ces critères à leur processus de sélection, les Banques et les investisseurs influencent donc les entreprises mais aussi d’autres acteurs comme les décideurs politiques, ou les autorités. Il en ressort des avantages concrets pour l’environnement et la société.

Les «PRI», parrainés par les Nations Unies, conduisent les professionnels de l’investissement à intégrer systématiquement des critères ESG.
Alexandre Schmitz

Alexandre Schmitz,  Head of Business Development (Private Banking),  Banque Degroof Petercam Luxembourg

Et concrètement, chez Degroof Petercam?

Nous sommes bien entendu signataire des principes pour l’investissement responsable, les fameux «PRI», parrainés par les Nations Unies, qui conduisent les professionnels de l’investissement à intégrer systématiquement des critères ESG, tant aux processus décisionnels qu’aux décisions d’investissement.

Les 6 critères UN – PRI

( https://www.unpri.org/download?ac=6298 )

248557.png

Principes pour l'investissement responsable UN - PRI

De nombreuses initiatives ont été lancées dans le domaine des fonds d’investissement cotés dès 2002 au sein du groupe, avec aujourd’hui une douzaine de fonds concernés. En matière de Private Equity, c’est en 2008 que nous avons développé notre premier fonds en «impact investing», un fonds d’infrastructure qui a investi dans le domaine des énergies renouvelables. Vu son succès, nous lançons le 4e fonds, toujours avec la même équipe.

La Banque bénéficie d’une longue courbe d’apprentissage sur ce qui est devenu davantage un mode de pensée et de fonctionnement qu’une thématique d’investissement isolée. L’avenir de la finance durable se mesurera dans l’impact positif des investissements sur l’économie réelle. C’est notre modeste contribution pour un monde meilleur et notre soutien aux initiatives sollicitées par les organisations supranationales.

Les 17 objectifs des Nations Unies pour un monde meilleur ( https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable/ )

248560.png

17 objectifs des Nations Unies pour un monde meilleur. UN