PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Mon premier salaire (7/10)

L. Rejding: «1.200 euros dans un Big Four à Stockholm»



Lars Rejding estime avoir obtenu un salaire décent dès son premier job dans un Big Four. (Photo: Banque Havilland)

Lars Rejding estime avoir obtenu un salaire décent dès son premier job dans un Big Four. (Photo: Banque Havilland)

Quel a été le premier salaire des dirigeants de la place financière? Qu’en ont-ils fait et quelle expérience en ont-ils retirée? Paperjam.lu a posé la question à une dizaine de personnalités du secteur. Cette semaine: Lars Rejding, CEO de Banque Havilland.

Vous souvenez-vous du montant de votre premier salaire?

Lars Rejding . – «Oui, mis à part un job entre le lycée et l’université, mon premier ‘vrai’ travail était dans un des Big Four de l’époque à Stockholm. J’ai rejoint leur département Audit en 1989, directement après l’université, et le salaire était d’environ 1.200 euros, ce qui était un premier salaire d’entrée très décent à l’époque. Je me souviens avoir été impressionné et très fier.

J’avais assez d’argent pour payer le loyer d’un petit appartement (sans avoir à dépendre de mes parents), m’amuser et même économiser un peu – un sentiment de liberté et de responsabilité.

Quelle expérience vous a apporté ce premier emploi?

«Chaque année, ces grandes entreprises comptables employaient un certain nombre de personnes directement sorties de l’université, donc j’ai rejoint un groupe de jeunes gens ambitieux qui partageaient les mêmes idées que moi. Il y avait un esprit de compétition, mais aussi de camaraderie et d’équipe, presque une prolongation de l’ambiance universitaire, mais tout en étant rémunéré et en portant un costume.

Ce que j’en retire principalement, c’est le fait de rejoindre une équipe, de travailler dur, d’apprendre autant que possible, mais aussi de s’amuser.

Quel «cadeau» vous êtes-vous offert avec vos premiers salaires?

«Cadeau… Je suppose qu’avec un peu d’argent en poche, j’ai pu améliorer certaines choses, et j’ai fait des voyages que je ne pouvais pas me permettre auparavant.

À part le premier costume neuf et quelques cravates, je me souviens avoir acheté une sacoche de travail plus adaptée que le sac de sport que j’avais utilisé pour l’université.

Je me suis procuré un porte-documents en cuir traditionnel – je l’ai utilisé tous les jours, jusqu’à ce qu’il tombe malheureusement en morceaux il y a quelques années, après 25 ans de bons et loyaux services, mais je l’ai toujours – maintenant que j’y pense, je vais déterrer mon ancien compagnon et voir s’il peut être réparé!

Aujourd’hui, êtes-vous devenu plutôt cigale ou fourmi?

«J’ai toujours profité de la vie et j’ai eu le grand avantage de voyager à travers le monde au cours de ma carrière, de voir de nouveaux endroits, de me faire de nouveaux amis et de me faire des souvenirs.

En même temps, j’ai aussi veillé à mettre suffisamment d’argent de côté pour assurer ma sécurité et couvrir mes besoins essentiels... donc un peu des deux, je suppose.

Avez-vous aujourd’hui une devise par rapport à l’argent?

«Profitez de la vie et amusez-vous, mais ne la gaspillez pas.»