PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Reporting réglementaire

La regtech française AMfine veut convaincre



248832.jpg

L’équipe d’AMfine: de gauche à droite, Charles Seigle-Goujon, Loubna Elbaz, Jean-Christophe Mougnaud et Raphael Isvy. (Photo: Christophe Rabinovici)

La jeune société française AMfine entend intensifier sa présence au Luxembourg dans le domaine du reporting réglementaire. Elle compte sur sa nouvelle plate-forme digitale pour faire la différence.

Présente au Luxembourg depuis 2012, la société regtech française AMfine se positionne sur le marché du reporting réglementaire dans le domaine des fonds d’investissement et de l’assurance-vie.

La jeune société, créée à Paris en 2006 et acquise en 2015 par la société de capital-investissement Blackfin Capital Partners, compte parmi ses clients des asset managers, des management companies et des fournisseurs de services à l’industrie des fonds.

«Notre métier est avant tout de gérer la production réglementaire pour nos clients», explique son CEO, Jean-Christophe Mougnaud. «Pour faire le parallèle avec l’industrie alimentaire, nous sommes ceux qui produisent les étiquettes des boîtes de conserve. Nous publions leur composition vers le consommateur, mais seulement après l’avoir vérifiée.»

AMfine propose ses services en France, en Belgique, en Irlande, au Royaume-Uni, en Suisse, mais réalise déjà 30% de son chiffre d’affaires au Luxembourg.

«Un des objectifs essentiels dans notre métier est d’obtenir des données de qualité. Sans cela, vous ne pouvez pas fournir de rapports fiables», poursuit le CEO, venu à Luxembourg en milieu de semaine pour présenter une nouvelle plate-forme digitale permettant d’intégrer et de traiter au mieux ces données.

«Notre nouveau référentiel de fonds Maïa est un outil important pour les différents acteurs de l’industrie des fonds. Il permet d’intégrer l’ensemble des données sur les fonds et de les faire évoluer», pointe Jean-Christophe Mougnaud.

Il permet aussi de simplifier la production de rapports réglementaires, une exigence qui s’est fortement accrue depuis la dernière crise financière. En disposant d’une plate-forme informatique qui reprend en temps réel l’ensemble des données, AMfine dispose d’une base fiable et facilement utilisable pour la production de ces rapports.

La regtech, qui emploie une quarantaine de personnes réparties entre Paris et Luxembourg, compte beaucoup sur le développement du marché grand-ducal. «C’est à la fois un marché très dynamique et très international auquel notre logiciel Maïa correspond très bien», note encore le CEO d’AMfine.

Aujourd’hui, le gérant de fonds Amundi assure 40% du chiffre d’affaires global. Mais la société espère se développer auprès des sociétés de gestion de fonds, qui doivent jongler avec les données de différents produits de manière quotidienne.