POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Pandémie

Reconfinement ciblé pour la France



Jean Castex n’exclut pas de devoir reconfiner toute la France, ou une partie supplémentaire du pays. (Photo: Shutterstock)

Jean Castex n’exclut pas de devoir reconfiner toute la France, ou une partie supplémentaire du pays. (Photo: Shutterstock)

Le Premier ministre français Jean Castex a annoncé, jeudi soir, un reconfinement d’au moins quatre semaines pour 16 départements. Reconductible et extensible, si nécessaire.

Comme prévu, alors que l’épidémie semblait à nouveau hors de contrôle dans les régions d’Île-de-France et des Hauts de France, le gouvernement français a dû se résoudre à reconfiner. Surprise: à ces deux régions ont été ajoutés 3 départements: l’Eure, la Seine-Maritime et les Alpes-Maritimes — ce dernier département étant déjà sous un régime partiel de confinement le week-end.

Un confinement géographiquement limité aux endroits où il est nécessaire. C’est la première nouveauté par rapport aux deux confinements précédents. Un critère a été défini: le palier d’un taux d’incidence de 400 cas pour 100.000 habitants. Un palier cependant non automatique, le Premier ministre français insistant sur le fait que c’est la dynamique de diffusion du virus qui compte. Et sur le fait qu’à tout moment, d’autres régions ou départements sons susceptibles d’être reconfinés à leur tour.

Le chef du gouvernement n’a pas indiqué quels critères dicteront à l’avenir une telle décision. Les départements frontaliers de la Moselle et de la Meurthe-et-Moselle présentent une situation à peu près équivalente, mais le premier dépasse, à la différence du second, le «seuil d’alerte maximal», qui correspond à un taux d’incidence supérieur à 250 cas pour 100.000 habitants. Il était, selon le dernier bilan hebdomadaire fourni par la région Grand Est, à 253 cas pour 100.000 habitants en Moselle, et à 206 cas pour 100.000 habitants en Meurthe-et-Moselle.

Confinement assoupli

Deuxième nouveauté: ce confinement se veut plus souple. Jean Castex veut «fermer sans enfermer». Les écoles et universités restent ouvertes. Les lycées basculent dans le système de la demi-jauge au niveau de l’établissement, et non de la classe. Écoles maternelles, élémentaires et collèges fonctionneront normalement. Les cours d’éducation physique reprendront normalement, en intérieur comme en extérieur.

Souplesse également dans les déplacements: on pourra se promener dans un rayon de 10 kilomètres autour de chez soi sans limitation de durée. Avec une attestation. Des sorties autorisées pour l’hygiène personnelle, non pas pour permettre aux gens de se regrouper, a prévenu Jean Castex. Le couvre-feu est d’ailleurs maintenu, mais raccourci. Il ne démarrera plus qu’à 19h, contre 18h actuellement, pour se terminer à 6h du matin. Seul un motif impérieux permet de s’en affranchir.

Il faudra également un motif impérieux ou professionnel pour se rendre dans une autre région. Les modalités de ces déplacements ne sont pas encore connues. Le télétravail sera renforcé afin d’arriver à une norme de quatre jours sur cinq là où c’est possible.

Pour ce qui est des commerces, seuls ceux dits essentiels — liste comprenant désormais les libraires et les disquaires — seront ouverts. Et l’on ne pourra s’y rendre que pour faire des courses de première nécessité. Les autres commerces devront baisser le rideau.

Toutes ces mesures prendront effet à compter du vendredi 19 mars à minuit, pour une durée de quatre semaines.