ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Ouverture

La réalité virtuelle a désormais son parc



Riad Taha a fui la Syrie et s’est installé au Luxembourg en 2013 avec sa famille. (Photo: Paperjam)

Riad Taha a fui la Syrie et s’est installé au Luxembourg en 2013 avec sa famille. (Photo: Paperjam)

C’est à Belval que l’ingénieur Riad Taha a décidé d’ouvrir son VR Park: un concept unique au Luxembourg avec une quinzaine d’attractions toutes axées sur la réalité virtuelle.

Du grand huit qui survole la tour Eiffel et l’esplanade du Trocadéro à la course de moto, le VR Park Luxembourg propose des attractions immersives à l’aide de la réalité virtuelle. 

«Depuis que la réalité virtuelle s’est développée, j’aime ce concept et je suis cette technologie de près», explique à Paperjam Riad Taha, ingénieur syrien installé au Luxembourg depuis 2013 et féru de nouvelles technologies. «Je veux faire découvrir aux personnes des choses qu’ils n’ont pas vues par le passé», ajoute-t-il.

Les masques de réalité virtuelle plongent les visiteurs dans d’autres univers. (Photo: Maison Moderne)

1 / 3

Riad Taha a fait venir sa quinzaine de machines de Chine. (Photo: Maison Moderne)

2 / 3

Casque de réalité virtuelle et masque sont requis. (Photo: Maison Moderne)

3 / 3

Si cette salle de jeux virtuels est résolument axée sur le divertissement, l’entrepreneur ambitionne de présenter certains de ses outils au ministère de l’Éducation, en particulier ceux qui permettent de découvrir le système solaire et d’explorer les confins de la galaxie. D’ailleurs, les groupes scolaires figurent parmi le public cible du site, tout comme les fêtes d’entreprise et les sorties en famille.

Le ministre des Classes moyennes,  Lex Delles (DP), a pu découvrir cela de plus près jeudi soir, à l’occasion de l’inauguration officielle du VR Park.

Les effets Covid

Crise sanitaire oblige, le port du masque est obligatoire au VR Park, et quatre des huit salariés veillent à la désinfection des casques de réalité virtuelle et des machines. Celles-ci viennent tout droit de Chine, un pays où Riad Taha a développé un réseau de fournisseurs.

Le coronavirus a d’ailleurs mis des bâtons dans les roues à l’entrepreneur, qui a signé son bail le 16 mars dernier pour les 500m² de surface situés à deux pas de Square Mile. Le confinement a retardé l’ouverture des lieux, prévue initialement en août, et pimenté les travaux d’aménagement, mais, enfin, tout est prêt. À deux détails près: le restaurant ouvrira ultérieurement et le cinéma 7D doit attendre la venue de techniciens chinois pour finaliser sa mise en service.

Cela ne douche pas l’enthousiasme de Riad Taha, qui signe avec ce parc son deuxième projet entrepreneurial au Luxembourg. L’ingénieur, âgé de 37 ans qui a fui la Syrie il y a une dizaine d’années avec sa famille, a créé en 2016 Techno-Tick, une société spécialisée dans la réparation de smartphones, qui compte un magasin situé à Ettelbruck.

À Belval, comptez 5 euros par attraction. Des forfaits peuvent être élaborés pour des événements. «On voudrait croître davantage, mais je ne sais pas s’il sera possible de créer un autre VR Park au Luxembourg. Mais peut-être ailleurs en Europe, pourquoi pas?», conclut le fondateur.