PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Succession de Colette Dierick

Qui est Michael Burch, le futur CEO d’ING Luxembourg?



Michael Burch occupera prochainement la charge de CEO d’ING Luxembourg, succédant à Colette Dierick. (Photo: BlackRock)

Michael Burch occupera prochainement la charge de CEO d’ING Luxembourg, succédant à Colette Dierick. (Photo: BlackRock)

L’actuelle CEO d’ING Luxembourg, Colette Dierick, quittera son poste le 30 juin prochain, après 35 années d’activité au sein de la banque. Michael Burch, doté de multiples expériences dans la gestion d’actifs, la banque privée et la transformation digitale, lui succédera à partir du 1er juillet.

C’est après une expérience de cinq années au sein du groupe BlackRock que Michael Burch rejoindra l’entité luxembourgeoise d’ING. En octobre 2016, au grade de managing director, il devenait le nouveau chief operating officer (COO) de BlackRock Switzerland. Au départ du country manager de l’entité, en mars 2018, Michael Burch a endossé cette responsabilité par intérim en plus de sa charge de COO.

Il était également responsable de la plateforme de produits de l’entité suisse, pour laquelle il a notamment géré le développement commercial de l’offre technologique, à savoir Aladdin (Asset, Liability and Debt and Derivative Investment Network), un système propriétaire de BlackRock qui affichait 21,6 milliards de fonds sous gestion en 2020.

À côté de sa charge de chef des opérations, Michael Burch était également responsable des fonctions de middle et back-office. Il était aussi membre du comité exécutif suisse, du comité opérationnel pour la région EMEA (Europe, Middle East and Africa), ainsi que de celui de la gestion des risques. Il a aussi dirigé BlackRock Gives Continental Europe, le réseau caritatif du gestionnaire de patrimoine.

Michael Burch a quitté la succursale zurichoise de BlackRock en septembre 2019 pour assumer, à partir de janvier 2020 jusqu’en juin 2021, les responsabilités de country manager au sein de l’entité hongroise, à Budapest, du gestionnaire de fortune. BlackRock y exploite depuis 2017 un incubateur d’innovation, ainsi qu’un centre de back-office comptant un effectif de plus de 800 personnes. Après son arrivée à Budapest, Michael Burch a notamment été impliqué dans la mise en place de l’incubateur et rapportait directement au responsable EMEA du groupe.

En juin 2021, Michael Burch quitte ses fonctions pour se mettre en «gardening leave» jusqu’en décembre de la même année. Il s’agit d’une pratique courante dans les groupes anglo-saxons où un employeur demande à un employé de se tenir hors de l’entreprise, tout en restant inscrit sur le payroll, après que le contrat de travail a été résilié ou que l’employé a démissionné. Entre décembre 2021 et le moment d’écrire cet article, nos recherches n’ont révélé aucune activité professionnelle.

Un passage à Londres

Avant de prendre ses fonctions au sein de BlackRock, Michael Burch était directeur général et responsable de la stratégie du groupe Kleinwort Benson (depuis mars 2016, filiale londonienne de Société Générale active dans la banque privée et d’investissement, ndlr), de février 2013 à octobre 2016. En tant que membre de l’équipe de direction, il était responsable de l’informatique, des opérations, de la gestion des fournisseurs, du plan de continuité des activités, de l’immobilier, du marketing et de la communication.

Outre ces deux rôles, il a également été responsable des opérations du groupe à Londres et dans les îles anglo-normandes, d’avril 2015 à mai 2016. Pour mener ces activités, il était accrédité par le régulateur financier britannique, la Financial Conduct Authority (FCA), dans le cadre du Senior Managers Regime.

De 2006 à 2013, il était employé comme directeur chez Boston Consulting Group (BCG), notamment au bureau de New York, de janvier 2009 à juin 2019, dans le cadre d’un «BCG ambassador program» pour les «top performers». Lors de son passage dans le cabinet de conseil international, il s’est notamment concentré sur les aspects de stratégie, les fusions-acquisitions et les projets d’intégration post-fusion. À cette occasion, il a été amené à contribuer à plusieurs missions à travers l’Europe dans le secteur des services financiers et des assurances.

Docteur et entrepreneur

Diplômé en 2001 d’un master en économie de la University of St. Gallen en Suisse, il est aussi titulaire d’un doctorat en administration des affaires de la même institution académique, sur le thème de «l’assemblée générale mobile pour les sociétés suisses internationales». Parallèlement à la réalisation de sa thèse de doctorat, il occupait la fonction de CEO d’une société suisse, dénommée Siebag AG (désormais enregistrée sous la raison sociale Drawag Tech Ltd, ndlr), spécialisée dans des systèmes d’élimination des déchets. Un poste qu’il a occupé de janvier 2005 à avril 2006.

Une consultation du registre de commerce suisse indique qu’il a toutefois démissionné de son rôle de membre non exécutif du conseil d’administration de Drawag Tech Ltd en octobre 2015. De 2007 jusqu’à son départ, il était en charge de la stratégie de la société, des opportunités de croissance interne et externe, ainsi que de la rémunération.

Michael Burch a débuté sa carrière en février 2002 chez Accenture, en tant que consultant, jusqu’en janvier 2005.