POLITIQUE & INSTITUTIONS

Sabrina Sagramola (Manager des GR Business Days)

«Une vitrine internationale de la Grande Région»



sagramolagr2.jpg

Sabrina Sagramola, coordinatrice des GR Business Days, se réjouit d'accueillir les Chambre de commerce de la Grande Région. (photo: paperJam.TV)

La troisième édition des GR Business Days se déroule ces 18 et 19 juin, avec pour objectif de réunir les acteurs B2B de la Grande Région et, au-delà, d’en faire la promotion à l’international. Trois questions à Sabrina Sagramola, responsable des Affaires européennes à la Chambre de commerce et manager des GR Business Days.

Madame Sagramola, le salon GR Business Days attire de plus en plus de délégations étrangères. Comment expliquez-vous ce succès?

«La première édition du salon en 2011 était plutôt axée sur un angle interrégional, mais nous nous sommes très vite aperçus, via différents contacts dans des réseaux comme Enterprise Europe Network que l’on pouvait optimiser l’organisation du salon en y invitant des représentants en charge du commerce extérieur de régions ou pays en dehors de la Grande Région. C’est la raison pour laquelle le salon devient progressivement une vitrine internationale du potentiel et du vivier d’activités de l’espace transfrontalier. Trois pays étrangers ont répondu présents pour cette année, il s’agit des Pays-Bas, de la Pologne et de l’Italie, en sus de la délégation formée par l’Awex, l’agence à l’exportation wallonne.

Si les GR Business Days se déroulent les 18 et 19 juin, le travail commencera dès le lendemain du salon pour poursuivre la sensibilisation de partenaires et investisseurs potentiels aux atouts de la Grande Région. Je remarque d’ailleurs que notre travail en réseautage, notamment auprès des autres Chambres de commerce, engrange déjà des résultats, à l’image de la promotion faite par une soixantaine d’organisations de 35 pays du salon et par ce biais du Luxembourg et de la Grande Région.

Quels seront les moments forts de l’édition de cette année?

«Le salon Business Meets Reseach de Luxinnovation, qui se déroule cette année dans le cadre même des GR Business Days, est sans nul doute un élément qui peut apporter un bénéfice à nos deux organisations, mais il permet surtout de montrer que la recherche industrielle et technique apporte de sérieux progrès aux entreprises qui y investissent.

L’événement de Matchmaking (rencontres interpersonnelles entre partenaires et/ou prospects, ndlr) est d’ores et déjà un succès puisque 3.000 participants s’y sont enregistrés. Au-delà du chiffre, nous mettrons tout en œuvre pour effectuer un suivi de ces rencontres organisées dans un souci de qualité des contacts.

Outre le village réunissant les start-up ou encore la participation de représentants des services européens, le village des clusters fait aussi partie des points forts. Beaucoup d’entre eux viendront d’ailleurs faire leur réunion sur place. Ce qui montre que chacun peut garder sa place, sa spécificité au sein même du salon qui agit en tant que catalyseur des synergies dans l’intérêt des entreprises.

Ce salon vous laisse-t-il entrevoir des axes communs de développement économique en Grande Région?

«Notre objectif reste de proposer les mesures et actions concrètes sur le terrain qui conviennent aux entreprises. Pour ce faire, nous devons compter sur des alliés qui mènent le même combat, d’où notre volonté de renforcer le travail en réseau entre Chambres de commerce de la Grande Région pour former un laboratoire de projets pouvant devenir une véritable plateforme d’idées, celles-ci ensuite appliquées sur le terrain.

Cela nécessite des rencontres régulières, raison pour laquelle la Chambre de commerce du Luxembourg a initié la mise en place en décembre dernier un groupe de travail au niveau des directeurs généraux de toutes les Chambres de commerce en Grande Région. Et nous nous réjouissons de constater que de nombreux représentants ont accepté de se réunir pour une session de travail au sein même du salon.»