COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Anne Rousseau, (Head of unit CRP Henri Tudor)

«Professionnaliser le management humain»



Anne Rousseau: «Enrichir l'approche et (...) tirer le meilleur parti des différents acquis.» (Photo: Jessica Theis /archives)

Anne Rousseau: «Enrichir l'approche et (...) tirer le meilleur parti des différents acquis.» (Photo: Jessica Theis /archives)

Initié au Luxembourg par le CRP Henri Tudor en 2013, le partenariat collaboratif entre acteurs scientifiques et entreprises privées entre dans sa deuxième année. Anne Rousseau, head of unit au centre de recherche public, en détaille les enjeux.

Madame Rousseau, quel bilan tirez-vous de la première année de la chaire LaboRH au Luxembourg? 

«Un premier bilan positif et prometteur dans le chef de l'ensemble de partenaires impliqués. La Chaire laboRH a été, à l’origine, fondée en 2011 à l’Université catholique de Louvain (UCL). Son ambition était de constituer un ‘observatoire’ du management humain des organisations et de l’évolution du travail. Les transformations du travail représentent des défis importants pour les entreprises et cette Chaire entend y apporter des éléments de réponse concrets en s’appuyant tant sur les connaissances scientifiques en la matière que sur les savoirs professionnels des partenaires.

Au Luxembourg, à l’initiative du CRP Henri Tudor, l’antenne luxembourgeoise de la Chaire laboRH en management humain et transformation du travail, créée en 2013, repose sur un partenariat de recherche collaborative. Les thématiques de recherche sont sélectionnées et traitées conjointement par les acteurs scientifiques et les représentants des entreprises partenaires. Une telle démarche a été déployée pour identifier un problème de management humain concret (la distanciation au travail, phénomène observé par les DRH comme une prise de distance des individus par rapport à leur emploi et leur employeur), le traduire en une problématique de recherche (quel impact du leadership de proximité?) et construire ensemble des solutions types (dans ce cas-ci sous format modules de sensibilisation et de formation ad hoc) selon un format convenu ensemble.

L’orientation de cette chaire est de faire face aux défis de la transformation des conditions et comportements au travail et à leur impact économique sur l’entreprise et ses performances. Au terme de l’année de collaboration, il y a pour les entreprises partenaires un développement de compétences professionnelles fondées pour répondre aux préoccupations du marché luxembourgeois et à son contexte.

Plus spécifiquement, le CRP Henri Tudor, en collaboration avec l’UCL, entend étudier les problématiques relatives aux transformations vers une entreprise 3.0 dans une économie numérique. 

Deux entreprises luxembourgeoises (Ebrc et Tarkett) se sont directement impliqués à vos côtés: espériez-vous un plus grand intérêt de la part du secteur?

«Oui on espère renforcer l'intérêt pour cette nouvelle manière de faire de la recherche très directement liée au business. Avec Ebrc et Tarkett, nous avons partagé cette philosophie de recherche collaborative. Tous se sont impliqués dans les travaux, ce qui est le reflet tant de leur préoccupation en termes de management humain que de leur capacité d’innovation.

Les échanges et les interactions proposés ont permis à chacun de pouvoir tirer parti des orientations et des modalités d’investigation proposés et résultats produits. Cette diversité est une source d’innovation dans les réponses à construire collectivement pour la problématique de recherche retenue. Il est à noter que les partenaires luxembourgeois du fait de leur rattachement à la Chaire laboRH en Belgique disposent également des résultats et productions menées par leurs pairs en Belgique et vice versa.

Nous tenons toujours à élargir ce partenariat de façon à enrichir l'approche et à tirer le meilleur parti des différents acquis. Tout en contribuant à faire avancer la recherche dans ce domaine, les entreprises partenaires peuvent utiliser pleinement les résultats tangibles de la Chaire pour développer leur stratégie RH et alimenter leurs projets en cours ou à venir.

Des formations, conférences et séminaires sont organisés en compléments par l’UCL et le CRP Henri Tudor. Le 2 octobre, par exemple, nous organisons une conférence sur le thème de la transformation organisationnelle et du management humain. Le Professeur Yves Emery, de l'Université de Lausanne, nous parlera du nécessaire développement des compétences collectives pour ‘sortir du mythe du manager omnipotent’.

Quelles sont vos ambitions au moment de lancer la deuxième année de cette chaire?

«Capitaliser et renforcer sont nos ambitions pour cette nouvelle année de la Chaire. Une page web dédiée à l'antenne luxembourgeoise de la Chaire permet la capitalisation des informations et connaissances échangées.

Pour l’année 2014-15, le comité de pilotage, rassemblant professionnels et académiques, a arrêté les enjeux qui feront l’objet des travaux de recherche de la Chaire. Ces enjeux sont actuellement au nombre de 3 + 1, à savoir: (1) Comment montrer et démontrer la valeur ajoutée des formations en leadership et en aptitudes commerciales? (2) Transformations du package salarial: quels scénarios pour les plus jeunes collaborateurs? (3) Quelles méthodes (outils, acteurs, paramètres externes) pour identifier et faire évoluer les métiers critiques? (4) Comment évaluer la charge de travail du personnel et prévenir ses effets (stress, absentéisme)?

Le thème de recherche spécifique à l'antenne luxembourgeoise est en cours de définition, en lien avec les transformations organisationnelles et l'engagement des managers de proximités vraisemblablement.

La Chaire entend ainsi contribuer à la professionnalisation du management humain dans les organisations de façon à pouvoir faire face aux nouveaux enjeux qui sont les siens tout autant qu'à préparer les managers de demain en rapprochant la recherche et l'enseignement du business et de ses spécificités.»