POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Claude Wiseler (Député)

«Présenter un programme crédible pour 2018»



lux_wiselerc_jb-5_1024.jpg

Claude Wiseler prend la direction du Portugal pour ses congés. (Photo: Julien Becker / archives )

En cette période estivale, Paperjam a souhaité savoir ce qui compose l'agenda des membres du gouvernement, ce qu'ils retiennent de ce premier semestre et leurs grands objectifs pour le reste de l'année.

Monsieur le député, que signifie pour vous la période estivale? De quoi se compose votre agenda en mode «vacances»?

«C’est très simple: famille, soleil, lecture, sport et… travail. Comme les années précédentes, nous irons au Portugal. L’agenda sera pratiquement identique pendant toutes les vacances. Travail le matin – lecture de dossiers, rédaction de textes, etc. – et l’après-midi au gré des souhaits des uns et des autres, avec finalement une bonne séance de sport avant le repas du soir en famille. Et puis j’ajouterai encore que nous accueillons volontiers tout au long des vacances des amis qui viennent passer quelques jours avec nous. Ces rencontres donnent lieu à de belles discussions, parfois bien animées, sur tous les sujets imaginables jusque tard dans la nuit. Cette année, je profiterai d’être sur place pour suivre de plus près la politique portugaise, sachant que la campagne électorale pour les élections législatives d’octobre y bat actuellement son plein.

Que retenez-vous, dans les grandes lignes, de cette première partie de l’année?

«Je retiens essentiellement deux choses. Une discussion sur l’état de la Nation qui a montré à l’évidence que ce gouvernement, qui se veut celui du changement, n’a aucune vision de ce que pourrait être l’avenir de notre pays. C’est du pilotage à vue et du changement pour le changement. Et enfin, bien évidemment, le référendum aussi inutile qu’en fin de compte néfaste. Il a mobilisé les énergies politiques pour six mois, freinant d’autres dossiers, avec pour résultat la division du pays. La recherche de solutions à la véritable question qui est celle de la participation politique des non-Luxembourgeois s’en trouve inévitablement compliquée.

Aujourd’hui, de nombreux dossiers urgents attendent une réponse ou se retrouvent d’ores et déjà en situation de blocage.

Quels seront vos grands objectifs pour la suite de l’année dans l’exercice de votre mandat?

«Si l’opposition offre bien un avantage, c’est qu’elle permet de prendre un peu de distance et d’entamer un travail de réflexion en profondeur. Notre groupe parlementaire, en accord avec le parti, est en train d’élaborer, pas à pas, pièce après pièce, les concepts d’une politique alternative. Que devra être le Luxembourg dans 20 ans? Quelles sont les politiques en matière fiscale, éducative, familiale, économique, etc. qui permettront de transformer cette vision en réalité? Mon grand objectif, c’est de présenter un programme crédible pour 2018 et de convaincre les gens de la justesse de nos alternatives.

Je profiterai également des vacances pour continuer à travailler en ce sens.»