COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Céline Coubray (rédactrice en chef, Archiduc)

«Partager l’engagement, la passion des architectes»



celinecoubray_archicu.jpg

Céline Coubray lors de la dernière soirée 10x6 consacrée aux espaces de travail. (Photo: Maison Moderne Studio)

Archiduc réunit ce soir au Luca sa communauté à l’occasion d’un 5e anniversaire annonciateur de renouveau pour le magazine. Bilan et perspectives en trois questions à la cheville ouvrière du titre édité par Maison Moderne.

Madame Coubray, peut-on dire qu’en cinq ans d’existence du magazine, le visage de la capitale a changé avec l’émergence de nouveaux projets?

«Oui, et heureusement que le visage de la capitale a changé. Car une ville qui ne (se) construit pas est une ville qui meurt. Citer tous les projets est impossible. Je vous invite plutôt à regarder sur le site d’Archiduc et à sélectionner les catégories ‘livraison de chantier’ et ‘en travaux’! Luxembourg est une ville bien vivante au niveau des projets architecturaux, car en tant que capitale elle rassemble un grand nombre de sièges d’entreprises, d’institutions culturelles, de commerces, d’infrastructures publiques et développe son offre de logements.

Mais il y a aussi des projets intéressants dans nos villages, notamment avec un volet patrimonial à valoriser et des identités rurales à préserver. Aussi, parce notre pays est en croissance, nous devons également réfléchir à une politique d’aménagement du territoire correspondante, avec de nouveaux pôles d’attraction pour une meilleure répartition des centres d’intérêt sur l’ensemble du Luxembourg. Archiduc valorise ces changements en mettant en lumière les projets de qualité et les bonnes pratiques architecturales. Nous avons la chance de vivre dans un pays où le niveau de vie est élevé. Pourtant, il faut toujours veiller à rechercher la qualité et viser l’excellence.

À quoi peut-on s’attendre comme changements dans l’univers d’Archiduc?

«Nous avons réussi en cinq ans à installer un média qui est devenu une référence dans son domaine et qui existe à travers un magazine semestriel, un site internet, une newsletter bimensuelle et des événements live. Nous visons une ligne éditoriale exigeante, avec une maquette audacieuse, à l’image de la profession que nous présentons. Ceci ne changera pas, tout comme le partenariat que nous avons avec le Luca Luxembourg Center for Architecture. Pour la prochaine étape, nous souhaitons aller encore plus loin. Aussi, nous allons retravailler le magazine, aussi bien dans sa forme que dans son fond, ainsi que le site internet et la newsletter. Je ne peux vous en dire plus pour l’instant, mais tout sera prêt pour l’automne et le numéro 11. 

Quelle est la recette ou la méthode pour parvenir à traduire sur papier l’inspiration et la vision des architectes que vous rencontrez?

«Il n’y a pas de recette toute faite, bien sûr. Il faut tout d’abord s’intéresser à la commande, au contexte dans lequel le projet va prendre place, au programme. Sans connaître le cadre, on ne peut pas comprendre le travail des architectes et les réponses qu’ils apportent. La suite vient naturellement, et lorsqu’un projet est bien fait, répond à un contexte et à une demande, tout en y apportant sensibilité, intelligence et qualité, il n’est pas difficile de partager cet engagement et cette passion!»