ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Raphael Frank (cofondateur, Motion-S)

«Nous allons passer à la vitesse supérieure»



raphael_frank_mindmarket.jpg

À partir de novembre, Motion-S quittera le giron de l’Uni pour mieux se déployer. (Photo: Charles Caratini / archives)

Retour sur les finalistes de la première édition du forum Mind&Market réservé aux start-up. Quels sont les prochains développements pour ces jeunes pousses? Premiers éléments de réponses avec le cofondateur de Motion-S, spin-off de l’Université et lauréate du concours.

Monsieur Frank, comment présenteriez-vous votre projet en trois mots?

«Systèmes, télématiques et innovants.

Avec le recul, quels sont les enseignements que vous tirez d’une participation à un événement tel que Mind & Market au Luxembourg? Les feed-back reçus vous ont-ils aidé à faire avancer votre projet?

«La participation à des événements tels que Mind & Market est très importante pour une jeune start-up comme la nôtre. Ils nous donnent la possibilité de présenter nos idées et visions à un public composé de professionnels de différents horizons. Ils permettent également d’échanger et de discuter avec d’autres start-up innovantes et de tirer des leçons sur des expériences et d’appliquer de bonnes pratiques. Bien entendu, le contact direct avec des investisseurs et mentors est aussi un aspect très important de ces événements, car comme on le sait tous, les start-up ont besoin d’argent pour développer leurs activités.

Finalement, la couverture médiatique de tels événements permet de faire connaître les start-up à un large public, ce qui, dans le cas de Mind & Market, nous a permis d’entrer en contact avec de nouveaux partenaires et clients. Le feed-back que nous avons reçu nous a aidés à mieux cibler le marché, définir nos priorités et ajuster notre modèle d’affaires.   

Comment envisagez-vous l’évolution de votre entreprise dans les cinq prochaines années ainsi que la culture d’innovation au Luxembourg?

«En tant que chercheur, qui a débuté sa carrière professionnelle au centre de recherche de l’Université du Luxembourg (SnT), j’ai pu suivre l’évolution de la culture de recherche et innovation au Luxembourg durant les cinq dernières années. L’année dernière, notre jeune Université a fêté ses 10 ans d’existence. Durant cette période, beaucoup a été fait afin de promouvoir la recherche et d’attirer de nouveaux talents au Luxembourg. Deux centres de recherche universitaires ont vu le jour, qui encouragent et soutiennent la création de projets spin-off. Le gouvernement luxembourgeois a également mis en place de nombreuses aides financières afin d’aider des jeunes entreprises innovantes à développer leurs activités. Finalement, des incubateurs comme le Lux Future Lab ou le Technoport apportent un appui primordial lors des premières étapes de la vie d’une entreprise. Tout cela pour dire que beaucoup a déjà été fait, mais qu’il reste encore du chemin, notamment pour simplifier les démarches administratives et contraintes financières lors de la création  d’une entreprise.

Concernant Motion-S, nous allons passer à la vitesse supérieure. À partir de novembre, nous allons quitter le centre de recherche pour nous consacrer exclusivement aux activités de la start-up et embaucher un premier salarié. De nouveaux projets sont en vue pour l’année 2016, notamment dans le domaine de la gestion de flottes automobiles. Un autre grand challenge sera de passer du marché national à un marché international. Cette étape sera primordiale afin de continuer le développement de nos activités pour les années à venir.»