PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Evangelos Papadopoulos (CEO et fondateur, TheMarketsTrust )

«Notre solution est unique sur le marché»



papadopoulos.jpg

Evangelos Papadopoulos (Photo: DR)

En passant du Technoport au Lux Future Lab, la start-up TheMarketsTrust (TMT) vient de franchir une nouvelle étape dans le développement de ses activités qui, notamment grâce à des expertises plus pointues, attirent désormais l’intérêt de clients étrangers. Tour du propriétaire avec Evangelos Papadopoulos, son CEO et fondateur.

Monsieur Papadopoulos, vous êtes le fondateur et CEO d’une start-up, TheMarketsTrust (TMT), active dans les solutions de gestion du risque qui vient de passer du Technoport au Lux Fufure Lab. Pouvez-vous tout d’abord nous préciser la nature de vos activités?

«TheMarketsTrust est aujourd’hui la seule start-up Fintech au Luxembourg. La société est structurée autour de deux pôles de croissance: un pôle technologique, avec le développement d’une plateforme pour la gestion du risque financier (TheMarketsTrust-Leopard) et un pôle de conseils aux entreprises et institutions financières (TheMarketsTrust-Advisory).

Les clients de TMT sont les banques, les asset managers, les assurances, les hedge funds les clearing houses et l’industrie des fonds.

TheMarketsTrust-Leopard, notre pôle technologique, développe une plateforme de management des risques financiers. À terme, la plateforme intégrera deux moteurs de calcul du risque: un moteur traditionnel quantitatif et un moteur d’analyse comportementale. Cette combinaison rend notre solution unique sur le marché. Par ailleurs, notre technologie repose en grande partie sur des composants open source, l’architecture de la plateforme est non intrusive, ce qui permet de la déployer à côté des systèmes existants.

Notre offre sera déclinée sous deux versions: LeopardWorkstation, la solution Entreprise de la plateforme, principalement destinée aux banques et asset managers, et LeopardOnline, la solution Portal/Cloud qui sera disponible début 2016. Pour cette version online, les clients cibles seront les petites et moyennes institutions financières ainsi que les services de trésorerie des entreprises et des municipalités.

ThemarketsTrust-Advisory est le pôle de conseils en stratégie, entreprise architecture et gestion des risques financiers. Son équipe d’experts multidisciplinaires a la capacité d’aider les organisations à définir leur stratégie et à les accompagner dans leurs implémentations opérationnelles. À cette fin, TMT a conçu sa propre méthode 'The Practical Strategic Assessment', basée notamment sur des principes développés par
l’Université Harvard Business School, qui sont entre autres Balanced Scorecards et Strategy Map ainsi que par l’Open Group Architecture Framework (TOGAF).

Qu’implique pour vous ce passage au Lux Future Lab? Quelle sera sa répercussion sur vos activités?

«Faire partie de Lux Future Lab nous permet de bénéficier d’un support pointu de la BGL dans divers domaines tels que le marketing, un réseau d’entreprises ou futurs partenaires au niveau européen, et de diverses formations en interne.

La banque nous permet également de bénéficier des conseils de Domain Experts et de tester et valider (customer insight) les idées de nos nouveaux services des méthodes itératives (Scrum, Agile Development).

Au niveau de la localisation, le Lux Future Lab est situé au centre des institutions financières. TheMarketsTrust se trouve donc plus proche de ses clients et pourra mieux les servir. Pour nos collaborateurs, l’accès aux bureaux est grandement amélioré et facilité par les transports publics.

Comment envisagez-vous dorénavant le développement et le futur de votre start-up? Avez-vous un business model précis et, si oui, quel est-il?

«À l’heure actuelle, je suis très satisfait de notre démarrage, et nous sommes même en avance sur notre business plan. En effet, récemment, nous avons gagné l’intérêt de Bloomberg et de Red Hat qui nous accompagnent maintenant au niveau technique. Au niveau clientèle, nous avons également retenu l’intérêt de trois institutions financières hors Europe, à savoir en Australie, aux Émirats arabes unis et en Afrique du Sud. Tous ces acteurs sont vraiment intéressés par le développement de nos produits et de leur caractère innovant.

Enfin, ce qui intéresse également nos investisseurs, c’est que nous avons mis au point une organisation ambidextre. Nos activités de conseil nous permettent de financer nos activités de recherche et d’innovation. Notre business model s’inscrit dans une perspective de développement durable au Luxembourg et implique le recrutement de nombreux jeunes diplômés. Contrairement à beaucoup de start-up, nous ne cherchons pas à être rachetés dans les cinq ans. Nous nous inscrivons dans un développement à long terme et d’ici cinq ans; nous comptons créer plus de 200 nouveaux emplois, dont 140 au Luxembourg.»