POLITIQUE & INSTITUTIONS

Jean-Pierre Mullenders (Managing director Randstad)

«Le recrutement ne tolère pas l’à peu près»



mullenders.jpg

Jean-Pierre Mullenders: «Notre évolution consistera à maintenir notre réputation de qualité et de sérieux.» (Photo: Jessica Theis)

La filiale «recrutement» de Randstad Luxembourg, Rowlands International, fêtera ce jeudi ses 25 années de présence au Grand-Duché. Retour avec son directeur, Jean-Pierre Mullenders, sur ce quart de siècle d’activités, l’évolution de ce métier et la reprise par Randstad de Job Partners.

Monsieur Mullenders, Rowlands International, filiale de Randstad Luxembourg fête cette semaine ses 25 ans de présence au Luxembourg. Quelle a été l’évolution du secteur du recrutement durant toute cette période?

«D’une part il y a énormément de concurrence qui est apparue et qui s’est intensifiée au fil du temps, du fait que le Luxembourg est devenu toujours plus attractif, malgré des hauts et des bas. Il a aussi fallu maintenir notre activité par rapport à d’autres voies de recrutement, dont celui qui se fait désormais en ligne. Sont aussi arrivés sur le marché de très nombreux cabinets, certains opérant même depuis l’étranger. Toutefois, d’une manière générale, nous n’avons pas trop souffert de cette évolution, ni de cette concurrence puisque – les entreprises souhaitant garder leurs meilleurs talents à bord – le marché du recrutement des cadres dirigeants est resté stable, contrairement à celui du travail temporaire qui ne reprend des couleurs que depuis peu. Si je devais utiliser une image, je dirais que l’eau commence à peine à frémir. Mais pour Rowlands international, cette crise dont on parle encore est passée, et 2013 a été une bonne année.

Comment envisagez-vous l’évolution des vos activités?

«En matière de recrutement, l’unique issue est qualitative. Seule une bonne connaissance du secteur du recrutement et du monde des entreprises – ce sont les fondamentaux du métier – peut permettre de maintenir le cap. Et une chose est sûre: en matière de recrutement, on ne peut pas se contenter d’à peu près. Notre évolution consistera donc à maintenir notre réputation de qualité et de sérieux. Et de toujours essayer de faire mieux.

Vous avez repris récemment les activités de Job Partners. Avec quel(s) objectif(s)?

«Alain Berland a souhaité cesser ses activités et nous avons collaboré de manière intense ces derniers mois pour que le travail qu’il a initié soit prolongé. Pour nous, il s’est agi de reprendre ses dossiers comme il l’a voulu, sachant que les attentes de ses clients relèvent de ce que nous pouvons faire et de ce que nous voulons faire. Lui et moi avons toujours eu la même philosophie du métier et les choses se sont donc faites naturellement.»