POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Catherine Fouss (Fondation Autisme Luxembourg)

«L'autisme est un handicap grave»



catherine_fouss.jpg

Catherine Fouss: «Selon les statistiques, l’autisme touche 1 personne sur 150, ce qui ferait plus de 3.000 personnes au Luxembourg atteintes à des degrés divers.» (Photo: DR)

Ce samedi se déroulera à Luxembourg une nouvelle journée de sensibilisation dédiée à l’autisme. Catherine Fouss, responsable de la communication de la Fondation autisme Luxembourg (Fal), détaille cette manifestation et évoque ce qu’il en est de cette maladie aujourd’hui au Grand-Duché.

Madame Fouss, ce samedi aura lieu une nouvelle Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme. De quelle manière va-t-elle se décliner au Luxembourg?

«La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme est un jour important pour notre fondation. En effet, il permet de sensibiliser le grand public à l’autisme, un handicap fréquent mais encore trop peu connu.

Selon les statistiques, l’autisme touche 1 personne sur 150, ce qui ferait plus de 3.000 personnes au Luxembourg atteintes à des degrés divers! La Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme a été instaurée par les Nations unies pour mieux informer sur les réalités de ce trouble permanent du développement qui est la conséquence d’un désordre neurologique, affectant le fonctionnement du cerveau sans distinction de sexe, de race ou de situation socio-économique. L’autisme se caractérise par des troubles de la socialisation et de la communication verbale et non verbale et des comportements, intérêts et activités au caractère restreint et répétitif.

Cette année, notre fondation organise un bel événement ce samedi à la place d’Armes avec diverses animations, telles que des concerts, stands, jeux pour enfants, illuminations de bâtiments pendant la nuit et la projection du film ‘Rain Man’.

Toutes les infos sont disponibles sur notre site web www.fal.lu.

La ministre de la Famille, Corinne Cahen, et la bourgmestre de la Ville de Luxembourg, Lydie Polfer, feront à 11 heures un discours d’ouverture. Il y aura aussi des mini-montgolfières et les enfants pourront faire voler leur nounours. À ne surtout pas rater la clôture de notre journée à 16 heures avec un grand lâcher de ballons avec plus de 500 ballons bleus, la couleur de l’autisme.

Qu’en est-il de l’autisme au Grand-Duché? Combien de personnes sont touchées par ce handicap? La prise en charge des personnes est-elle suffisante à vos yeux?

«Comme je l’ai dit, l’autisme est un handicap grave qui touche 1 personne sur 150. Si vous vous imaginez une salle de concert qui peut accueillir 150 personnes, il y aura forcément 1 personne qui sera atteinte d’autisme. Globalement, cela représenterait plus de 3.000 personnes au Luxembourg, sachant toutefois que l’autisme touche quatre fois plus les garçons que les filles.

La gravité, les symptômes et la manifestation de l’autisme peuvent connaître un large éventail de combinaisons et varient considérablement d’une personne à l’autre. Même si une guérison n’est pas possible, de nombreux progrès sont possibles notamment par une prise en charge précoce et adaptée. Cette prise en charge permet aux personnes avec autisme de mieux vivre avec leur handicap.

Notre fondation prend en charge +/- 300 personnes par an via plusieurs services que nous leur proposons tels que des évaluations et des diagnostics, du soutien, de la formation, de l’hébergement, des centres de jour et des activités d’été, des activités extrascolaires, des colonies de vacances ou encore de l’assistance administrative.

Une journée de sensibilisation permet de formuler des revendications… Quelles sont les vôtres aujourd’hui?

«Nous avons besoin du soutien de tous et nous avons besoin d’être soutenus et compris dans toutes les démarches que nous entreprenons pour les enfants, adolescents et adultes avec autisme vivant au Luxembourg. Que ce soit de l’État, du ministère, des autorités de santé, des médecins, des écoles et instituteurs, des parents, des bénévoles ou des donateurs.

Nous avons aussi besoin du soutien médiatique pour la diffusion de l’information et la sensibilisation du grand public, du soutien en termes de bénévolat pour nous aider dans nos différents projets mais également du soutien financier pour nous permettre d’élaborer de nouveaux projets mais également de maintenir ceux en place.

 Les personnes désirant nous soutenir d’une quelconque manière peuvent visiter notre site internet pour plus d’informations.»